Le Discours
La Lectrice

Le Discours – Du livre au film !

Il y a quelques semaines est sorti en salles Le Discours, la comédie française adaptée du roman éponyme de Fabrice Caro. J’ai découvert le roman au printemps dernier et j’ai eu très envie d’aller voir le film dès sa sortie au cinéma. Après avoir profité des deux, aujourd’hui, je vous donne mes impressions de lectrice – et de spectatrice !

Un roman bourré d’humour

J’avais entendu parler du Discours de Fabrice Caro dès sa sortie en grand format chez Gallimard. L’auteur, qui était déjà connu pour ses bandes dessinées humoristiques se lançait dans la fiction, et selon toutes mes amies, cela valait le détour. Comme ma wishlist déborde et que je n’ai pas l’occasion de lire tous les livres qui me font de l’œil, je suis passée à autre chose. Ce n’est finalement qu’au printemps dernier que j’ai découvert ce roman dans son édition de poche.

Repas de famille et galères

Le Discours, c’est l’histoire d’un repas de famille qui s’éternise et d’un SMS qui n’arrive jamais. Voilà comment on pourrait résumer ce roman qui est un huis-clos, qu’on verrait de suite adapté au théâtre. Adrien s’est fait larguer par Sonia, ou plutôt : ils font une pause. Mais la question reste de savoir quand et comment la pause est censée prendre fin. Il est coincé à un repas avec ses parents, quand son beau-frère lui demande s’il pourrait faire un discours pour leur mariage. Tu comprends, ça ferait très plaisir à ta soeur.

Le début de l’angoisse. Entre amorces de discours tantôt grandiloquentes ou comiques, et défilé de plats interminable, se dessine le portrait d’un personnage aussi attachant que perdu.

Tantôt léger, tantôt cynique, l’humour est la constante de ce roman. L’auteur en use et abuse pour décrire des situations aussi banales que cocasses, quitte à nous toucher en plein cœur.

La blague de trop ?

Ce roman m’a beaucoup amusée ; j’ai aimé suivre Adrien dans ses pérégrinations et anecdotes. Son personnage est particulièrement bien campé, aussi attachant qu’insupportable dans son attente d’un signe de Sonia. De tentatives désespérées et de plus en plus lourdingues de la contacter, on le voit osciller entre espoir et résignation.

La force de ce roman, c’est de traiter avec humour de beaucoup de situations qui sonnent juste. L’auteur dissèque avec beaucoup de finesse les relations humaines et ses ambiguïtés. Qui n’a pas déjà fait l’expérience d’un dîner de famille interminable avec les mêmes conversations en boucle ? Qui ne s’est pas déjà senti hors de propos dans un groupe ? Enfin, qui n’a pas déjà attendu lamentablement que son portable vibre en attendant un message qui ne vient pas ?

J’ai toutefois regretté que le tout soit un peu trop long, et que l’accumulation de blagues finisse par lasser. Si les premières pages m’ont fait hurler de rire, les dernières m’ont semblé parfois poussives.

Et le film alors ?

Vous le savez, je suis toujours très curieuse de découvrir les adaptations ciné ou séries de livres que j’ai appréciés. J’aime particulièrement faire la comparaison, même si le fait que les réalisateurs s’affranchissent en partie de l’histoire de départ ne me dérange pas toujours.

A LIRE AUSSI : Anne with an E, du livre à la série

Le Discours a été adapté par Laurent Tinard pour le cinéma ; s’il devait sortir pour les fêtes en 2020, il est finalement sorti en salles fin juin 2021. C’est d’ailleurs l’un des films que j’attendais le plus dès la réouverture des cinémas !

Le film est particulièrement fidèle au livre. Tous les grands moments ont été repris, et je me suis surprise à parfois rire par anticipation en sachant très bien quelle allait être la réplique du personnage. L’alternance entre les scènes de repas et des souvenirs d’Adrien est faite de façon très naturelle. Cela permet de mieux appréhender les personnages et de créer un réel effet de rythme.

La mise en scène est inventive et accentue parfois l’effet comique. Là aussi, le film est fidèle. Certains trouveront le tout très drôle, d’autres penseront peut-être que c’est un peu trop. J’ai personnellement beaucoup ri, et trouvé les acteurs particulièrement justes. Benjamin Lavernhe incarne à merveille le personnage d’Adrien, un peu désabusé par ce qui se passe autour de lui, et pourtant incapable de rester de marbre. Il invective les spectateurs et se dédouble parfois, ce qui recrée cet effet de proximité très prégnant dans le livre.

En conclusion ?

Si vous aimez le comique de situation, les comédies sur la famille et les romans contemporains, découvrez vite Le Discours. Et parce que j’ai trouvé les mêmes qualités et mêmes défauts au livre comme au film : ne vous privez pas et offrez-vous les deux !

2 Comments

  • L&T

    J’ai beaucoup aimé le film que j’ai trouvé aussi drôle qu’émouvant (en effet beaucoup de situations sonnent justes) et j’aime particulièrement le jeu de Benjamin Laverne que je trouve parfait dans ce rôle !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *