Mon Mari
La Lectrice

Mon Mari – Maud Ventura

Cette année, je suis la rentrée littéraire d’un peu plus loin que d’habitude. Mes journées au travail sont si remplies que je peine à trouver autant de temps pour lire que d’habitude, et quand c’est le cas, j’ai toujours un paquet de lectures pour le travail qui m’attendent !

Le livre le plus attendu de la rentrée (au moins pour moi)

S’il y a bien un roman dont je voulais quand même vous parler, c’est Mon Mari de Maud Ventura. Déjà parce que c’est un premier roman, et que vous connaissez désormais ma véritable passion pour les premiers romans surtout en période de rentrée…

A LIRE AUSSI : Trois premiers romans de la rentrée littéraire 2020 à découvrir

… mais aussi parce que c’est le tout premier livre de la rentrée que j’ai voulu lire, et ce dès le mois de juillet. J’avais eu la chance d’être invitée avec quelques autres blogueuses à la présentation de rentrée de l’Iconoclaste. Premier roman présenté et premier coup de foudre – alors que Maud Ventura nous présentait son livre, je pressentais déjà que j’allais l’aimer.

J’ai finalement attendu sagement le mois d’août pour l’entamer, parce que je suis un peu psychorigide et que je suis du genre à ne pas supporter de voir les fournitures scolaires au mois de juin et les jouets de Noël en octobre dans les magasins. Quand c’est pas l’heure, c’est pas l’heure.

Au moins la surprise fut bonne : c’est l’un des rares romans de rentrée qui m’a fait rire, vraiment rire, à tel point que mon mec me voyant s’esclaffer sur un livre intitulé “Mon Mari” s’est soudainement senti concerné. Heureusement ce n’est pas un gros lecteur, il ne vaudrait mieux pas qu’il voie trop de ressemblances avec la narratrice…

L’amour comme au premier jour

Est-ce que l’amour peut durer comme au premier jour ? Alors que Souchon dit qu’il passe à la machine, peut-on garder les papillons dans le ventre des premiers jours tout le temps ?

Maud Ventura nous invite à y croire avec son héroïne follement amoureuse de son mari. Ils ont une grande maison de banlieue pavillonnaire, deux enfants et ce tableau la comble de joie. Surtout, elle est si fière de son mari. Rien ne la ravit plus que d’aller à la boulangerie pour glisser “mon mari viendra récupérer les gâteaux ce soir”. Elle reconnait avec des goûts clichés, et presque désuets : l’image de la famille parfaite du couple épanoui lui va comme un gant.

Mais elle est si amoureuse qu’elle angoisse en permanence que ses sentiments à lui ne perdent en intensité. Il ne sait pas qu’elle se colore ses cheveux depuis leur rencontre, quand elle va aux toilettes. Elle tient à garder éternellement la beauté du mystère des premiers jours. Elle ne lui dit pas qu’elle épluche ses mails, son portable dès qu’il a le dos tourné. Elle veut juste s’assurer que tout va bien entre eux.

“Je sais que c’est idiot, mais plus mon mari fait des courses importantes, plus j’ai l’impression qu’il m’aime. C’est comme s’il investissait dans notre couple. Comme le primeur qui pèse les petits sachets en papier, je peux quantifier son amour chaque dimanche à son retour du marché grâce au montant du ticket de caisse abandonné au fond du cabas.”

Est-ce ça, l’amour fou ? Quand la folie douce se transforme en folie pure, quand Bree van de Kamp se transforme en Glenn Close ?

Un premier roman coup de cœur

J’ai adoré ce premier roman original et bien plus profond qu’il n’y paraît, qui nous plonge le temps d’une semaine dans le quotidien d’une femme à laquelle on se sent un peu mal à l’aise de s’identifier. C’est grinçant, mais aussi très drôle, et Maud Ventura analyse avec beaucoup de justesse le poids du couple dans notre société.

S’il peut paraître très léger au premier abord, il n’en est rien ; Mon Mari est un roman rempli de tension, porté par une plume aussi délicate que féroce, et une héroïne en proie à une passion dévorante.

A lire si : vous cherchez un premier roman au sujet sérieux sans l’être trop, ou si votre mari vous agace et que vous aimeriez être rassuré.e sur votre éventuelle névrose…

Mon premier coup de cœur de la rentrée !

Merci aux éditions de l’Iconoclaste qui m’ont permis de découvrir ce roman en avant-première.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *