Valérie Perrin
La Lectrice

Trois – le troisième roman de Valérie Perrin !

Trois est le bien-nommé troisième roman de Valérie Perrin. Avant même sa sortie, ce roman était considéré comme l’un des best-sellers du printemps. En effet, après le succès de Changer l’eau des fleurs (prix Maison de la Presse, prix des lecteurs du Livre de Poche, et n°1 des ventes en Italie), le retour de l’auteure était attendu.

J’ai découvert Valérie Perrin avec Les Oubliés du dimanche, qui avait été un énorme coup de cœur et a profondément marqué ma vie de lectrice. Changer l’eau des fleurs m’avait tout autant émue, si ce n’est plus, car je repense encore bien souvent au personnage de Violette Toussaint quand je passe devant un cimetière. J’attendais donc Trois avec énormément d’impatience. Merci aux éditions Albin Michel qui m’ont permis de le découvrir en avant-première.

L’histoire d’une amitié indéfectible

Après avoir raconté l’histoire de femmes solitaires, Valérie Perrin nous raconte l’histoire d’un trio. Ils sont trois : Nina Beau, Etienne Beaulieu, Adrien Bobin. Leurs noms se suivent dans l’alphabet, ils seront assis ensemble à l’école primaire et à partir de là, plus rien ne pourra les séparer. Ou presque. Plus de trente ans après, Virginie se souvient de ce trio solaire et inséparable, qui pourtant ne se parle plus. Est-ce dû au simple effet du temps ou à un drame ?

“Il y a des livres que l’on rate, comme certaines rencontres, on passe à côté d’histoires et de gens qui auraient pu tout changer. A cause d’un malentendu, d’une couverture, ou d’un résumé passable, d’un a priori. Heureusement que parfois la vie insiste.”

Valérie Perrin nous raconte une histoire d’amitié incroyable, celle de trois enfants qui vont grandir ensemble. Ils sont jeunes, ont des histoires de famille parfois compliquées, mais des rêves plein la tête. Une chose est sûre : après le bac, ils partiront tous les trois ensemble à Paris.

Trois est un roman d’apprentissage touchant, avec des personnages auxquels on s’attache d’emblée. Adrien le timide, Nina la culottée, Etienne le flemmard. Loin des clichés, ils sont pourtant des personnages complexes qu’on voit grandir au fil des pages et s’affirmer. De 1986 à 2018, on suit leurs premiers chagrins, leurs premiers émois, leurs premières gueules de bois jusqu’aux premiers grands drames qui marquent une vie. Le roman m’a notamment beaucoup rappelé celui d’Hélène Clément, également paru chez Albin Michel il y a quelques années, avec sa bande d’adolescents inséparables.

A LIRE AUSSI : Le plus beau reste à venir d’Hélène Clément

Comme à son habitude, Valérie Perrin nous emporte dans un roman où les intrigues s’emboîtent les unes dans les autres, à grand renfort d’allers-retours à travers les époques. La narration est très bien maîtrisée, puisqu’on dévore ce roman absolument foisonnant, où elle distille les indices avec parcimonie. Je me suis fait avoir et j’ai été surprise quasiment jusqu’au bout !

Valérie Perrin et les lendemains qui chantent

Avec Trois, Valérie Perrin nous offre un nouveau roman qui se déroule dans un petit village de Bourgogne, où tout le monde se connaît. Elle raconte l’histoire de Monsieur et Madame Tout le monde, de personnages sans prétention, mais qui nous ressemblent. C’est déjà une caractéristique qui m’avait énormément touchée dans ses précédents romans.

Cette fois-ci, elle évoque l’enfance et l’adolescence dans les années 1990, avec la bande-son et les références générationnelles qui vont avec. Elle réussit également à retranscrire ce que cette période de la vie a de plus universel : l’envie de grandir trop vite et en même temps de rester encore un peu petit, la fureur de vivre, l’insouciance qui se heurte au réel. Malgré tout, c’est vivant, bourré d’optimisme et rafraîchissant.

Un roman coup de cœur !

Une fois encore, Valérie Perrin m’a transportée avec Trois. Son roman m’a accompagnée le temps d’une semaine et j’ai eu beaucoup de mal à quitter ses personnages auxquels je m’étais beaucoup attachée. Son roman m’a une nouvelle fois rappelé beaucoup de souvenirs d’enfance, du village où j’ai grandi, des amitiés qu’on noue à l’école primaire, ou des moments si précieux passés avec nos grands-parents.

Valérie Perrin est la reine de l’analyse des relations humaines ; elle montre toute la complexité des sentiments, avec des personnages attachants, qui ont pourtant tous des failles.

Trois est un roman d’apprentissage lumineux porté par une galerie de personnages forts. Un roman à l’image de son auteure : généreux et plein de délicatesse !

7 Comments

    • Laroussebouquine

      Oui, je sais que depuis son dernier succès avec Changer l’eau des fleurs, beaucoup l’ont cataloguée comme “auteur feel-good”. Je n’aime déjà pas ces catégorisations (un brin snob, on va pas se mentir) en temps normal, mais en plus je trouve que ses romans sont bien plus profonds que ça !

  • Clélia Valmont

    Bonjour Solène! Je trouve ta critique superbe! J’avais déjà envie de lire “Trois” mais maintenant je brûle d’impatience, je m’y plonge après ma lecture actuelle!
    🙂 Et je suis assez d’accord avec ton commentaire concernant les catégorisations des auteurs. Celles-ci sont souvent réductrices et basées sur un snobisme qui n’a pas de raison d’être. :/

    • Laroussebouquine

      Merci beaucoup, c’est super gentil… j’espère que tu ne seras pas déçue si je t’ai donné à ce point envie de le lire ! 😉

  • L&T

    J’ai eu un gros coup de coeur (comme beaucoup) pour “Changer l’eau des fleurs”.
    “Les oubliés du dimanche” est déjà sur ma liste mais je n’ai pas encore pris le temps de le découvrir. Je rajoute désormais “Trois” qui a l’air d’être un roman d’apprentissage très émouvant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *