Le cœur synthétique de Chloé Delaume
La Lectrice

Le cœur synthétique – Chloé Delaume

Parmi les romans de la rentrée littéraire que je tenais à lire, il y avait Le cœur synthétique de Chloé Delaume. Chronique d’une quadra divorcée qui cherche l’amour, ce roman m’a d’office fait penser à Celle que vous croyez de Camille Laurens. Mais si ce dernier a bouleversé ma vie de lectrice, pas sûr que celui-là m’ébranle beaucoup…

Une chronique truculente du monde de l’édition

Adélaïde Berthel est attachée de presse pour les éditions David Séchard. Elle défend toute la journée des romans qui ne sont pas les siens, harcèle les journalistes pour obtenir un papier. Elle gère les égos surdimensionnés de ses auteurs, les attentes démesurées des éditeurs, celles encore plus tenaces de la direction qui gère les comptes. Elle ment comme personne : à cette auteure feel-good qui se verrait bien d’un coup passer sur France Culture, à ce primo-romancier dépressif qui s’attendait à faire la une de tous les magazines, à tel autre dont elle a trouvé le bouquin si mauvais.

Entendons-nous bien : pour toute personne qui exècre le milieu ultra mondain/parisien de la culture et des médias, ce livre sera insupportable. Il m’a personnellement fait beaucoup rire, car j’y ai retrouvé une grande partie de mon quotidien. J’y ai revu d’anciennes collègues batailler au téléphone : “oui, j’ai vu l’article dans L’Express… Déjà il n’est pas si mauvais, et franchement, qui lit encore L’Express aujourd’hui hein ?” 

D’une rentrée littéraire à une autre, ce livre retrace avec beaucoup d’humour et surtout de cynisme le marathon qui s’enchaîne pour faire connaître des livres à tout prix. Si vous aviez aimé mon article sur mon rapport à la rentrée littéraire, vous y retrouverez un description d’autant plus juste – et cinglant sans doute – de cette période particulière, avec beaucoup de plaisir en moins !

“Le directeur général s’appelle Mathieu Courtel, il est là pour gérer le problème, alors il évalue l’ambiance et demande à combien elle vend. Ernest Block lui répond autour de 45 000. Mathieu Courtel blêmit, la paume de sa main droite s’abat sur la table : Trouvez une solution, on ne peut pas se le permettre. Le sang d’Adélaïde se fige face au couperet. Trouvez une solution, c’est vous le service de presse. Les trois collègues d’Adélaïde tremblent, tandis qu’Ernest Block ajoute comme on se meurt : en plus, elle veut un prix. Le teint de Mathieu Courtel. devient blanc comme la table. Adélaïde, elle, pense : Pourquoi pas un poney.”

L’amour est au magasin bio

Mais le vrai sujet du livre ne réside pas là. Adélaïde Berthel a 46 ans et est divorcée. Elle se retrouve sur le marché de l’amour et découvre qu’à son âge, elle n’est plus “qu’un bout de viande avariée”.

Parce qu’elle déteste passer ses soirées seules devant ses séries avec des chips goût fromage, elle compte bien retrouver quelqu’un. Et adopte un chat, obviously.

“C’est l’histoire d’une fleur bleue qui n’a plus de racines à force d’être dépotée. Un coeur dans un bocal, une rose trémière coupée. Adélaïde Berthel, c’est une femme comme une autre. Qui désormais apprend la solitude, comme l’exilée apprend une langue étrangère.”

Si ce genre de sujet me touche énormément et m’avait justement particulièrement marquée à la lecture de Celle que vous croyez, j’ai trouvé ici qu’on passait complètement à côté de l’enjeu. On aurait pu parler de l’invisibilité des femmes dans l’espace public passé un certain âge, de tristesse affective, de la peur de finir seule… Mais l’héroïne est assez insupportable et j’ai eu le sentiment de lire un semblant de Martine cherche un mari.

On rejoint finalement la caractéristique du livre, qui est qu’elle ne parle que d’une femme parisienne, évoluant dans le milieu de la culture et considérant une grande partie de ce qui l’entoure avec dédain. Les hommes qu’elle rencontre sont aussi imbus d’eux-mêmes que creux, et sa quête semble vaine.

Adélaïde Berthel aurait pu ressembler à Camille Cottin dans Dix pour cent – mais elle n’a pas son humour et surtout, elle nous paraît bien plus chiante.

Ni génial ni mauvais

J’aurais aimé lire un roman féministe et actuel, entre Bridget Jones et Camille Laurens. J’ai finalement été déçue par Le cœur synthétique de Chloé Delaume, qui s’est avéré assez déprimant.

L’humour est grinçant et le tout très bien écrit, autant dire qu’il y avait tous les ingrédients pour que le livre me plaise. Il m’aura surtout donné le sentiment qu’il faut que je change de métier avant d’avoir quarante-cinq ans pour ne surtout pas ressembler à l’héroïne…

Pour autant, je le conseille volontiers à tous ceux qui cherchent une chronique bien contemporaine du monde actuel de l’édition, régie par des impératifs financiers et des égos masculins aussi surdimensionnés que croulants.

Si vous souhaitez lire un autre avis que le mien, bien plus enthousiaste mais qui se justifie tout autant, découvrez la chronique pétillante de Lolita ici !

 

le coeur synthétique de Chloé Delaume

Le cœur synthétique ; Chloé Delaume

Editions du Seuil

Paru le 20 août 2020

208 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *