cosy mystery
La Lectrice

J’ai testé : les romans de cosy mystery !

Si vous êtes passé en librairie ces derniers mois, vous n’avez pas pu manquer la nouvelle tendance qui a débarqué au rayon polar. J’ai nommé : le cosy mystery !

Le cosy mystery (aussi appelé cosy crime), est un sous-genre littéraire, une sorte de polar “soft”. S’il n’y a pas de traduction française pour ce genre, je suis sûre que pour ceux à qui cela ne dit rien du tout, vous comprendrez pourtant bien vite de quels livres je veux parler. En effet, s’il s’agit d’une vraie tendance éditoriale, le cosy mystery n’a pourtant rien révolutionné !

Le cosy mystery, mais encore ?

Vous aimez les intrigues policières, mais les scènes de violence inouïe, les bains de sang et les crimes commis dans des rues lugubres vous repoussent un peu ? Le cosy mystery est fait pour vous ! Par définition, il s’agit de polars où on se sent bien : le cadre est rassurant et souvent chaleureux, les personnages enquêteurs souvent loin d’être passés par le Quai des Orfèvres ou Scotland Yard, et ces livres nous font souvent plus sourire que frissonner. De plus, il s’agit souvent de séries plus que de tomes uniques. On retrouve donc les codes du feuilleton noir qui avait connu un si grand succès dès le XIXème siècle !

En ce sens, Agatha Christie était sans doute la maîtresse du cosy crime sans le savoir… et les romans qui paraissent sous cette étiquette aujourd’hui ne font qu’en reprendre les mêmes recettes !

A LIRE AUSSI : Drame en trois actes d’Agatha Christie

Le premier roman du genre qui a conquis les lecteurs français a sans doute été la série d’Agatha Raisin de M. C. Beaton. Rien que le titre de cette série éponyme venue d’Outre-Manche ne laisse aucun doute quant à son inspiration… c’est aussi le premier que j’ai découvert il y a quelques années.

Depuis quelques mois, j’ai attaqué de nombreuses autres séries du genre, et j’ai aujourd’hui le plaisir de vous en présenter trois !

Agatha Raisin mêne l’enquête de M. C. Beaton

Comment vous parler de cosy mystery sans vous présenter cette chère Agatha Raisin ? Détrompez-vous néanmoins : si son nom pourrait évoquer le contraire, Agatha Raisin n’a rien d’une Miss Marple ! Plus habituée aux grands bureaux londoniens qu’aux jardins de la campagne, Agatha décide du jour au lendemain de quitter sa vie de femme d’affaires pour prendre un nouveau départ. Elle aspire à une vie plus tranquille dans le cottage des Costwolds dont elle vient de faire l’acquisition.

Mais le naturel revient vite au galop… dans cette campagne où il n’y a pas grande agitation, Agatha s’ennuie. Dotée d’un vrai esprit de compétition, elle décide de participer à un concours de cuisine local. Elle ne sait pas cuisiner, qu’importe ! Elle présente une quiche achetée à un commerçant voisin, persuadée que le jury n’y verra que du feu. Mais quand l’un des juges décède et qu’on découvre que la quiche en question était empoisonnée, tous les soupçons convergent vers elle…

Bien décidée à se sortir de ce faux pas, Agatha va mener l’enquête pour prouver son innocence. Mais se prenant au jeu, elle risque de devenir une vraie enquêtrice de génie !

Si j’ai eu un peu de mal à m’attacher à Agatha au début, au fil des tomes, je lui trouve une personnalité plus attendrissante que prévue. L’héroïne est aussi curieuse que malhonnête et tricheuse, mais elle ne cherche au fond qu’à se faire des amis.

Si vous ne savez par quelle série commencer, c’est sans doute la plus classique. Elle a fait l’objet d’une adaptation en série diffusée sur France 2, ce qui est toujours sympa. Attention toutefois : n’ayez pas peur de vous lancer dans une série de longue haleine, car elle comprend énormément de tomes !

cosy mystery

 

Sa Majesté mêne l’enquête de S. J. Bennett*

Une enquête criminelle qui mêle directement la reine d’Angleterre ? Comment pouvais-je passer à côté ?

Son altesse royale Elizabeth II a décidé d’organiser un dîner à Windsor. Mais le lendemain, ses employés font une découverte macabre : un pianiste russe est retrouvé pendu dans sa chambre, à moitié nu. Quelle sordide découverte, d’autant plus alors que le couple Obama s’apprête à venir au château et que le monde entier aura les yeux rivés sur Windsor !
Alors que la police traîne à trouver le coupable, la reine décide de prendre les choses en main avec l’aide sa secrétaire particulière Rozie.

Bal tragique à Windsor a totalement répondu à mes attentes. L’éditeur vendait un parfait mélange entre “Miss Marple et The Crown“, et je n’aurais pas dit mieux ! Si je devais néanmoins le comparer aux deux autres de cet article, je dois reconnaître que ce n’est néanmoins pas mon titre préféré. J’ai apprécié suivre la reine dans sa quête du coupable tout en respectant l’étiquette, néanmoins j’ai trouvé que le livre pâtissait de quelques faiblesses scénaristiques.

A lire si comme moi vous aimez tout savoir des coulisses de la vie de la Royal Family !

 

Les Dames de Marlow enquêtent de Robert Thorogood

C’est la série que j’ai le plus vue en librairie ces derniers mois – et je n’ai lu à son sujet que des avis élogieux.

Dans le petit village anglais de Marlow, près d’Oxford, la police a plutôt l’habitude de régler des petits conflits entre voisins que des crimes sordides… aussi quand son voisin est retrouvé mort dans la Tamise, Judith Potts est bien décidée à mener l’enquête elle-même, quitte à mettre son grain de sel un peu partout !

Cette septuagénaire qui travaille comme verbicruciste a plus d’un tour dans son sac, mais l’assassin a visiblement une longueur d’avance. Mais aidée de la femme du vicaire qui s’ennuie à mourir, et d’une promeneuse de chiens pas tout à fait orthodoxe, elles sont prêtes à tout pour trouver le fin mot de l’histoire.

Mort compte triple est un polar anglais avec tout ce qu’il y a de plus charmant ; on s’installerait bien dans le cottage de Judith Potts à Marlow pour boire une tasse de thé (ou un scotch !) avant de faire un tour de punt sur la Tamise. La promesse du cadre “cosy” est donc on ne peut plus respectée !
La force de ce roman est sans conteste l’humour : les personnages sont aussi attachants que décalés, et disposent tous d’un sacré sens de la repartie.
Quant à l’intrigue… elle m’a happée du début à la fin, sans que je réussisse à mettre le doigt sur l’assassin !

Mention spéciale pour les grilles de mots croisées directement insérées dans le roman, et qui ont complètement conquis la mamie qui sommeille (certes pas bien profond) en moi.

En bref, un whodunnit drôle et attachant ; je suivrai volontiers la suite de cette série de cosy mystery qui fait d’ores et déjà partie des meilleures que j’ai pu lire !

 

**

 

Vous l’aurez compris, si par leurs titres ces séries paraissent assez interchangeables, elles ont tout de même leurs particularités. Les éditeurs français s’y sont tous mis : aussi, si le genre vous tente, vous êtes sûr de trouver votre bonheur !

Avez-vous déjà lu des titres de cosy mystery ?

Est-ce que l’une de ces séries vous tenterait particulièrement ?

 

Les livres suivis d’un astérisque m’ont été envoyés gracieusement par la maison d’édition.

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *