grande lectrice
La Lectrice

Comment je suis devenue une grande lectrice

Dans mon entourage, c’est souvent la même question qui revient : mais comment fais-tu pour lire autant de livres ? En effet, en plus d’être blogueuse littéraire depuis plusieurs années, j’ai également fait du livre mon métier puisque je travaille dans l’édition. Autant dire qu’une grande partie de ma vie tourne autour du monde du livre !

Il y a quelques mois, je vous donnais quelques conseils pour trouver plus de temps pour lire. Aujourd’hui, je vous raconte comment je suis devenue une grande lectrice…

Plongeon dans le grand bain de la lecture

J’ai appris à lire très jeune, ce qui m’a notamment valu le fait de sauter de classe, et de passer directement au CP sans passer par la case grande section. Depuis toute petite, j’ai eu la chance d’être entourée de livres. Que ce soit à la maison ou chez mes grands-parents, j’ai toujours eu autant de jouets que de livres à disposition.

C’est d’ailleurs l’une de mes grand-mères qui m’a en partie appris à lire grâce à une méthode de lecture que j’ai gardée. Je me rappelle encore l’avoir dévorée – faut croire que j’étais plus motivée par apprendre à déchiffrer des syllabes que faire la casse-cou à vélo, chacun son truc…

Les livres ont pour moi toujours été associés à des choses positives, ou à des récompenses : ma mère pouvait m’en offrir un de mon choix après un bon bulletin par exemple, ou pour les vacances. Chaque été, j’ai pris l’habitude d’aller avec celle-ci en librairie. Ma soeur comme moi avions le droit d’en prendre plusieurs pour les mettre dans notre valise, et j’en garde un excellent souvenir !

Certaines lectures ont d’ailleurs créé un certain rituel… Comme dans beaucoup de familles, la sortie d’un nouveau tome d’Harry Potter s’accompagnait d’une légère guerre pour savoir qui de ma mère ou moi aurait le droit de le lire en premier (spoiler alert : elle a gagné la plupart du temps). Ma grand-mère le récupérait ensuite, et cela nous donnait l’occasion d’échanger sur l’histoire. Je me sens aujourd’hui extrêmement chanceuse d’avoir pu connaître cette époque où la saga était encore en cours !

A l’adolescence, une relation je t’aime – moi non plus

A l’adolescence, mon aspiration de grande lectrice a pris du plomb dans l’aile. Loin de moi l’idée de blâmer l’Education Nationale, mais beaucoup de lectures obligatoires au collège ou au lycée ont eu raison de ma motivation. Je me souviendrais toujours de mon ennui face à Phèdre en seconde ou aux histoires de chevalerie en cinquième… Heureusement, j’ai quand même gardé de bons souvenirs de lecture, comme Le Passeur de Lois Lowry, ou La Vie devant soi de Romain Gary !

A cette période, j’ai aussi eu la chance d’obtenir un ordinateur avec internet, chose qui a définitivement enterré mon rituel de la lecture avant de dormir, que j’avais depuis toute petite. Les séries ont gagné du terrain sur les romans, et les occasions de lire se sont faites plus rares…

Les études supérieures et le retour de la lecture compulsive

Après le bac, j’ai décidé de partir en hypokhâgne à Paris. Autant dire que j’ai dû revoir mes habitudes de binge-watcheuse à la baisse et faire de la place dans mes étagères. Mes cours étaient aussi denses qu’ils impliquaient de nombreuses lectures supplémentaires, et j’ai rapidement dû enchaîner pièces de théâtre, romans pour mon cours de littérature, livres en anglais, livres d’histoire ou essais philosophiques.

Pour faire simple, ma vie s’est remplie de livres. Je ne partais jamais en cours sans en avoir un ou deux dans mon sac pour travailler au CDI, et sur mon bureau j’amassais des piles invraisemblables.

Cela a eu deux effets positifs : je me suis fait une culture littéraire impressionnante en quelques mois à peine, enchaînant les références autant pour le travail que bientôt pour mon plaisir. Enfin, j’ai découvert le plaisir d’avoir des librairies partout à côté de chez moi, et je me suis remise à multiplier les achats plaisir, avec des lectures plus légères et contemporaines. C’est notamment à cette période que j’ai lancé mon blog !

Mon métier dans l’édition

Aujourd’hui, alors que je travaille dans l’édition, je suis plus que jamais une grande lectrice. J’ai la chance de pouvoir découvrir de nombreux livres à paraître en avant-première grâce à mon blog, tout comme j’essaie de lire la plupart des livres sur lesquels je vais devoir communiquer dans le cadre de mon travail.

Lire pour son travail, c’est aussi faire une autre lecture : c’est y chercher d’autres éléments, et être parfois confrontée à des livres qui ne vous plaisent pas, mais que vous devrez vendre quand même. Si au début cela me perturbait beaucoup, je m’y suis habituée, et j’essaie d’y attacher moins d’importance : après tout, il y aura toujours des livres qui plairont à certaines personnes et qui ne vous plairont pas à vous !

 

Et vous, avez-vous toujours eu l’habitude de beaucoup lire ?

 

4 Comments

  • Laure

    C’est super intéressant comme article. Je ne suis pas dans l’édition mais je me retrouve beaucoup dans ce que tu y dis. Moi plus les études avançaient moins je lisais, certes la venue de l’ordinateur n’a pas aidé mais pourtant je regarde peu de séries ou de films. Avec le confinement et les étés je lis bien plus et c’est une véritable dose de plaisir. Le blog aide à découvrir de nouveaux coups de cœur et à lire des livres que je n’aurai sûrement pas lu de moi-même. Au-delà de ça, je trouve que les livres ont un côté magique et c’est ce que j’aime : quand on regarde la couverture on ne sait pas ce que le livre regorge !
    Bisous et bonne journée à toi

    • Laroussebouquine

      Je pense que nous sommes nombreux à voir notre temps de lecture concurrencé par le temps énorme passé devant les écrans !
      Et je suis assez d’accord, pour moi chaque livre apporte son lot de surprises, c’est ce qui en fait tout l’intérêt.
      Merci de ton passage !

  • anouklibrary

    J’ai démarré avec Harry Potter, que j’ai également lu lorsque la saga était encore en cours et je me souviens que c’était mon père qui me les achetait à leurs sorties <3 Ces lectures comptent parmi mes plus beaux moments d'adolescence. Ensuite, j'ai découvert la saga "La bicyclette bleue" de Régine Desforges et j'ai dévoré chacun des tomes ! Au collègue/lycée, j'ai finalement très peu lu de livres plaisir… Etant donné que je suivais une filière littéraire, j'ai lu pour les cours. Je garde quand même d'excellents souvenirs grâce à Carlos Ruiz Zafon ou Jean-Michel Guenassia que j'ai découvert à cette époque. Puis j'ai retrouvé goût à la lecture plus tard, vers 20 ans quand j'ai enfin pu lire sans me soucier de devoirs à rendre, d'exercices de style et cie 🙂

    • Laroussebouquine

      Oh Jean-Michel Guenassia… Je l’ai découvert grâce à ma meilleure amie pendant mes années de prépa. Le club des incorrigibles optimistes est un de mes livres coup de coeur de ma bibliothèque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *