Une vie de pierres chaudes – Aurélie Razimbaud

une vie de pierres chaudes d'Aurélie Razimbaud

Une vie de pierres chaudes d’Aurélie Razimbaud fait partie des premiers romans que j’attendais avec beaucoup d’impatience en cette rentrée. J’ai eu la chance de pouvoir le découvrir il y a déjà quelques semaines maintenant et j’en garde un souvenir encore intact :

**

« La guerre, non, la guerre n’a rien d’essentiel ; les choses essentielles sont le vent, le goût des pierres chaudes, le soleil, les ailes des oiseaux, les cris des enfants sur la plage. »

Qu’est-ce qui brille à la même hauteur que le soleil ? L’amour ou la mort ? Dans ce récit enfiévré, qui raconte l’Algérie avant, pendant et après l’indépendance, Aurélie Razimbaud tisse les liens subtils et poignants entre l’amour et l’abandon. Qu’il s’agisse des pays ou des êtres, comment aller dans le sens d’une réconciliation, comment panser les plaies, comment éviter qu’elles ne s’ouvrent ? L’indépendance d’un pays, les liens d’un homme, des histoires qui se croisent : un premier roman porté le souffle tiède de la Méditerranée, une mer-maîtresse en coups de théâtre.

**

Premier roman d’Aurélie Razimbaud aux éditions Albin Michel, Une vie de pierres chaudes est un récit gorgé de soleil où les personnages ont tous une part d’ombre. La scène qui ouvre le roman nous transporte à Alger auprès de Rose, Louis et de leurs amis. De véritables personnages fitzgéraldiens qui profitent de leur jeunesse dorée d’expatriés français dans l’Algérie tout juste proclamée indépendante. Les couples se forment ; Rose est séduite par Louis. On leur promet un brillant avenir. Il est jeune, beau garçon et ingénieur. Il est malgré tout peu causant et mystérieux, trait de caractère qui tend à s’intensifier au fur et à mesure de leur relation.

L’auteure distille les indices en avançant et remontant dans le temps. De 1964 au 12 juillet 1998 (la date n’est pas choisie au hasard), le couple se délite et les secrets explosent ; les personnages sont tous brisés, victimes de leur destin ou avalés par les rouages de la grande Histoire. La guerre d’Algérie a laissé des traces en chacun d’eux de façon différente.

Une vie de pierres chaudes d’Aurélie Razimbaud est un premier roman ambitieux avec des réminiscences de Duras ou de Camus. Un roman fort sur une partie sombre de l’Histoire qui aurait néanmoins gagné à être un peu plus fouillé. J’ai regretté quelques longueurs, et que la suite du roman ne soit pas à l’image de son introduction qui part très fort. Les alternances d’époque sont nombreuses et on s’y perd parfois un peu, quitte à se désintéresser des personnages. Quant aux grosses révélations du roman, j’aurais aimé qu’elles soient un peu plus creusées.

Bien qu’un peu plat, Une vie de pierres chaudes d’Aurélie Razimbaud est un premier roman intéressant qui mérite d’être découvert. Je serai curieuse de lire les éventuels prochains romans de l’auteure pour voir si celle-ci s’affirme un peu plus.

une vie de pierres chaudes d'aurélie razimbaud

Une vie de pierres chaudes ; Aurélie Razimbaud

Éditions Albin Michel

22 août 2018

240 pages

2 commentaires sur “Une vie de pierres chaudes – Aurélie Razimbaud

    1. Au regard des cinq cents et quelques titres de la rentrée, je dirai effectivement qu’il ne l’est pas. Mais ça reste une découverte intéressante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *