Revue : J’étais là – Gayle Forman

Revue : J'étais là - Gayle Forman

Titre : J’étais là

Auteur : Gayle Forman

Editions : Hachette Jeunesse

Date de parution : 2015

Nombre de pages : 365

Quatrième de couverture : Quand j’ai appris la mort de Meg,  j’ai cru qu’elle me faisait une blague. Une de celles dont elle avait le secret. Elle avait tout prévu : la méthode, le lieu, ce qu’il faudrait faire de ses biens. Et même ce fichu mail, envoyé en différé, annonçant qu’elle en finissait avec la vie. Ensuite, il a fallu affronter la pitié des habitants de Plouc-la-Ville. Faire face aux questions que je lisais sur tous les visages. Oui, Meg était ma meilleure amie. Non, je n’étais pas au courant. Pourquoi ne m’avait-elle rien dit ? Elle avait eu besoin de moi, et je n’avais pas été à la hauteur. Pourtant, j’étais là.

Mon avis : J’avais dit il y a quelques jours maintenant être vraiment fâchée avec le young adult. Qu’on se rassure, ce livre a pu me réconcilier avec le genre – et quant à ceux qui me diront qu’il ne s’agit pas d’un livre de YA en tant que tel, il va falloir qu’ils m’expliquent…

En ce moment il fait super froid, je n’arrive pas à sortir de mon lit le matin, et le seul truc qui me fait vraiment très envie, c’est de rester en boule dans mon lit à côté du radiateur (avec un thé et du pain d’épices) pour lire un super bouquin. C’est J’étais là qui m’a accompagnée dans ma fainéantise ces jours derniers, et je suis ravie de l’avoir découvert.

Je connaissais Gayle Forman, comme beaucoup de monde d’ailleurs, grâce à Si Je Reste / If I Stay. J’avais lu ce livre en troisième – et j’avais beaucoup aimé le film aussi. Du coup, j’ai découvert ce roman sans trop d’a priori négatifs, et j’ai bien fait.

Cody, la narratrice de ce roman, a perdu sa meilleure amie Meg. Celle-ci s’est suicidée, laissant tout son entourage dans l’incompréhension et la douleur les plus totales. Cody ne parvient pas à comprendre ce geste. Alors qu’elle part dans l’ancienne coloc étudiante de sa meilleure amie pour récupérer ses affaires et vider les lieux, elle va faire certaines rencontres qui vont lui donner envie de chercher à y voir plus clair. Si dans l’immédiat elle n’est pas en mesure de donner la raison de son suicide, elle est désormais déterminée à trouver une explication.

Gayle Forman n’a pas du tout abordé cette histoire de la façon dont je m’y attendais. Je pensais avoir droit à de nombreuses pages larmoyantes, à tout un tas de paroles niaiseuses… Non pas que j’aie un cœur de pierre, mais c’est le genre de sujet que l’on retrouve souvent dans la littérature jeune adulte, et je regrette que cela manque de fraîcheur. Or ici, Cody est une adolescente désabusée. Bien plus mature que son âge, ses sentiments semblent plus que justifiée, et pourtant : on ne tombe pas dans le mélo, ce qui est déjà pas mal. De plus, Cody découvre bien vite que des détails ne correspondent pas du tout avec le comportement que pouvait avoir Meg, et elle décide d’agir. Jusque là, il n’y a rien de fou vous allez me dire. Mais l’intrigue m’a vraiment tenue en haleine, et je me suis prêtée au jeu.

Qu’on se le dise, l’écriture de l’auteure n’a rien de sensationnel, et certains schémas de l’histoire sont déjà vus et revus. Dès la cinquantième page du roman il y a déjà certaines choses que l’on voit venir gros comme une maison… Toutefois, dans l’ensemble j’ai été plutôt surprise et c’est ce qui m’a plu.

De plus, j’ai été d’autant plus touchée par ce roman que Gayle Forman essaie de parler de la dépression et du suicide chez les jeunes d’une façon qui change : elle se place du point de vue de ceux qui restent, qui ne comprennent pas, et qui ne comprendront sans doute jamais. Elle parle d’une douleur insidieuse, insoupçonnable, qui s’installe parfois chez ceux dont on pense qu’ils vont très bien. Comme Meg. Une jeune fille décrite comme intelligente, talentueuse dans de nombreux domaines, ayant reçu une bourse pour l’université…et pourtant.

C’est un roman qui m’a fait passer un bon moment de lecture. Je ne le relirai peut-être pas une deuxième fois et il n’est pas exceptionnel en soi, mais c’était une bonne lecture, que je recommande volontiers !

8 commentaires sur “Revue : J’étais là – Gayle Forman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *