Revue : #EnjoyMarie – Marie Lopez

Revue : #EnjoyMarie - Marie Lopez

Titre : #EnjoyMarie

Auteur : Marie Lopez

Editions : Anne Carrière

Date de parution : 15 mai 2015

Nombre de pages : 216

Quatrième de couverture :  » J’ai eu une envie, l’envie de raconter une histoire, de partager quelque chose de différent avec vous. Moins de vidéos, plus de mots, moins d’EnjoyPhoenix, plus de Marie. Kaléidoscope d’instants, Polaroids de ma vie au collège, puis au lycée… Rassurez-vous, ce n’est pas une autobiographie… à 19 ans, vous rigolez ! Simplement un regard, des remarques spontanées sur des sujets parfois mis à l’écart par les médias, ce genre de sujets pas vraiment accrocheurs : être bien dans sa peau avec… un appareil dentaire, des cheveux gras, de l’acné sévère, le harcèlement scolaire, la famille décomposée… et le reste, le Net, les réseaux sociaux, tout y est, le meilleur comme le pire. Au travers des anecdotes, des confidences, de mon vécu de youtubeuse, j’ai voulu écrire un recueil sans prétention, petit GPS décalé pour les jeunes connectés, afin de vous éviter les mêmes erreurs, les miennes bien sûr… Et peut-être afin de vous faire gagner du temps… sur celui que l’on n’a pas. Avec un peu de recul, et j’espère un peu d’humour, je témoigne ici de la réalité, quelquefois complexe, du jeune âge, car, comme chacun sait, les ados sont une énigme pour les adultes. « 

Mon avis : Après un petit moment d’absence (merci les devoirs, la fatigue, les soirées crêpes avec les colocs qui s’éternisent…), je vous reviens avec une nouvelle revue, sur un livre jeunesse. Encore me direz-vous. Je sais qu’il est rare que je lise beaucoup de jeunesse à la suite… Mais j’avoue que je traverse une légère panne lecture et que j’avais besoin de quelque chose de vraiment léger à me mettre sous la dent récemment. Pour le léger, j’ai été on-ne-peut-plus que servie. J’ai en effet décidé d’attaquer le livre dont on a entendu parler tout l’été tant il a suscité des records de vente : #EnjoyMarie, écrit par la youtubeuse EnjoyPhoenix, ou Marie Lopez de son vrai nom. Pour ceux qui ne la connaîtraient pas encore, je ne vais pas faire la fiche bio complète, mais EnjoyPhoenix est ce qu’on appelle une youtubeuse beauté. Récemment, il a été difficile de passer à côté d’elle tellement elle a été présente dans les médias. A la tête d’une communauté de plus d’un million d’abonnés sur youtube, c’est la youtubeuse française la plus connue. Si vous ne voyez toujours pas, allumez TF1 (enfin juste cinq minutes, ne vous brûlez pas les yeux non plus) – elle participe à la nouvelle session de Danse avec les Stars qui démarre samedi (si je ne m’abuse).

EnjoyPhoenix a donc écrit un livre. Qui est un succès monstre (je vous renvoie aux diverses vidéos de ses dédicaces comme celle-ci). . Je pouvais donc difficilement passer à côté, malgré certaines critiques assassines. Quand je l’ai trouvé à la bibliothèque, j’ai donc foncé. Et autant dire que je n’ai pas été déçue du voyage.

Je savais en ouvrant ce livre que je ne faisais pas vraiment partie de la cible : j’ai passé mes 15 ans depuis un petit moment, et bien que je sois toujours ultra naïve et fleur bleue, je n’ai plus d’appareil dentaire, les boutons d’acné ne me concernent que vaguement, et maintenant je n’ai plus « d’argent de poche », mais des bourses…et un loyer à payer. #EnjoyMarie se veut être un guide pour les jeunes filles, plutôt pour les pré-ados selon moi. Le livre est divisé en de nombreux chapitres thématiques, qu’on peut plus ou moins aborder dans l’ordre qu’on veut. Jusque là, pourquoi pas. L’idée d’un guide pour adolescentes était relativement originale, et il n’y a pas vraiment de prétention à avoir. Je ne m’attendais évidemment pas à une écriture incroyable. Mais quand même. Et c’est là que les choses se gâtent.

J’avoue que dès la première page, j’ai trouvé que ça partait très mal… Même si ce livre prend le ton de la confession, commencer par « Salut les filles.. » c’est non. En vidéo, ok. Pas à l’écrit. Vous pouvez penser que je vais trop dans les détails, mais le reste n’est qu’un étalage de banalités affligeantes qui n’ont aucune raison d’être racontées :

« Hier soir, je me suis mise au lit avec des chaussettes, j’avais froid aux pieds. Les filles ont toujours froid aux pieds, ça ne change pas. »

Etait-ce vraiment nécessaire ? Tout comme les milliards de thés que Marie boit à chaque chapitre ? Je ne pense pas. Au début, ça m’a fait rire. A la fin, ça m’a juste ennuyée, et agacée. Autant les derniers chapitres sont plus potables, car ils racontent des expériences personnelles, autant les premiers supposés donnés des conseils m’ont fait m’arracher les cheveux. Je suis désolée, mais de là à dire que l’acné vous gâche totalement la vie au point de le comparer au cancer ou au diabète…pardon ?

En bref, même si certains passages sauvaient légèrement la mise et ont pu me faire sourire à un ou deux moments, j’ai eu l’impression de lire deux cents pages remplies d’idioties et de banalités sans nom. Dommage, car je pense qu’il y avait quand même du potentiel – Marie est un modèle pour les jeunes filles, et aurait pu donner certains conseils un peu moins…futiles, pour le coup.

7 commentaires sur “Revue : #EnjoyMarie – Marie Lopez

  1. Je ne connaissais absolument pas cette youtubeuse. Je l’ai connue quand j’ai vu son livre partout (magasins, blogosphère, etc.), et je me demandais s’il valait la peine. Visiblement non. J’ai vu des critiques positives, d’autres négatives, mais ce que je pensais être le sujet principal ne semble guère occuper plus de place que ses thés dont tout le monde parle (justement pour dire qu’on en a cure).
    Définitivement non pour moi.

  2. Plus je lis de critiques concernant ce livre, moins j’ai envie de tenter de le lire, même en l’empruntant. Je trouve ça aussi un peu gênant qu’il soit comme une référence pour certaines jeunes filles du coup, alors qu’il existe de très bons livres pour les ados. Ceci dit ça n’enlève rien au mérite d’EnjoyPhoenix pour ses vidéos youtube où elle donne réellement de bons conseils pour ces jeunes filles je trouve (notamment concernant le fait de s’assumer etc.) Et puis ça reste un véritable modèle de réussite pour une jeune femme partie de « rien ».

Répondre à Carnet Parisien Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *