Revue : En Attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut

Revue : En Attendant Bojangles - Olivier Bourdeaut

Titre : En Attendant Bojangles

Auteur : Olivier Bourdeaut

Editions : Finitude

Date de parution : 8 janvier 2016

Nombre de pages : 160

Quatrième de couverture : Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur «Mr. Bojangles» de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.
Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Mon avis : La couverture de ce livre m’inspirait une histoire d’amour follement déjantée et cela correspond finalement très bien à l’ambiance du roman. On me l’avait vendu comme une nouveauté originale, incroyable, un véritable OVNI. Et c’est sans doute le mot.

Ce livre est original par de nombreux points. Tout d’abord, rien que sa couverture semble provoquer les autres livres de la rentrée littéraire de janvier, par sa couleur, ses danseurs me rappelant les œuvres pop art de Lichtenstein. C’est évident que face à des livres tous plus blancs les uns que les autres, celui-ci dénote en peu. Mais ça change et tant mieux. L’histoire a aussi ce petit quelque chose d’hors du commun qui fait qu’on accroche totalement.

Le livre a une forte teneur autobiographique, le ton est donné. Olivier Bourdeaut nous raconte son enfance totalement farfelue, avec ses parents, personnages hauts en couleurs, presque fous furieux. Chez eux la fête est perpétuelle, le bonheur s’arrose avec des cocktails et le malheur (et le contrôleur des impôts) se chasse à coups de matraque. Mais on passe vite de la folie douce à la folie pure et de mauvaises augures pointent le bout de leur nez.

J’ai la sensation d’avoir fait une très belle découverte avec ce livre et que pourtant je ne suis pas totalement objective, car je l’ai lu « en vrac » – pliée en quatre dans l’avion, en attendant l’annonce de ma porte d’embarquement à l’aéroport, le tout avec une police affreuse sur ma liseuse. Autant dire que ça partait mal, néanmoins j’ai été vraiment surprise. Sans doute tout d’abord grâce à la narration. Tout est raconté du point de vue de l’enfant, qui ne comprend pas toujours les choses des adultes, et qui fait rire dans sa naïveté. Le récit est entrecoupé de passages écrits par le père, qui permettent d’apporter au lecteur certaines informations supplémentaires comme sur la rencontre du couple.

C’est un livre qui tient donc toutes ses promesses et même plus encore, une ode à la joie, une danse endiablée en attendant Mr Bojangles, une histoire d’amour spontanée, magique, qui effraie beaucoup, mais qui fait un peu rêver quand même.

19 commentaires sur “Revue : En Attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut

    1. Je trouve qu’il a vraiment quelque chose de rafraichissant par rapport à nombre de sorties actuelles… sans doute le petit côté plein de folie !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *