Promenade sur l’île de Groix : Entre Ciel et Lou – Lorraine Fouchet

Promenade sur l'île de Groix : Entre Ciel et Lou - Lorraine Fouchet

Bretagne. Jo prévoit de profiter d’une joyeuse retraite sur l’île de Groix. Mais la deuxième vie qu’il imaginait aux côtés de sa bien-aimée, il devra l’inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d’insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n’a d’autre choix que d’honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l’amour, la mission s’avère difficile mais réserve son lot d’heureuses surprises – car il n’est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s’engueule et, surtout, on s’aime !

En rencontrant Lorraine Fouchet à Livre Paris le week-end dernier, c’était comme une évidence. Il fallait que je me procure son dernier roman sorti en poche. Il faisait partie de la sélection spéciale « romans contemporains » du Prix Littéraire des Chroniqueurs Web 2016 (pour lequel vous pouvez encore voter jusqu’à vendredi !), et je mourais d’envie de chroniquer celui-ci avant de voter.

Grand bien m’en a fait ! J’ai ouvert ce livre directement dans l’Eurostar en rentrant chez moi dimanche soir et je ne l’ai pas lâché depuis. Je viens de le terminer et je sens que c’est typiquement le genre de romans que j’aurai du mal à oublier tant les personnages m’ont marquée.

Jo est un cardiologue retraité depuis peu. Après des années à arpenter les couloirs des hôpitaux parisiens, il quitte la ville pour retourner « chez lui », sur l’île de Groix, au large de Lorient en Bretagne. Avec sa femme Lou, ils ont encore beaucoup de beaux jours devant eux. Mais à cinquante-six ans, Lou décède. Elle avait demandé quelques mois plus tôt à être conduite dans un centre de soins suite à une maladie touchant sa mémoire et n’en est finalement pas ressortie.

« J’ai pris ma retraite tôt, il y a 2 ans, pour profiter enfin de la vie avec toi. Tu viens de me poser un lapin monstrueux, Lou. »

Il paraît que les enterrements sont toujours les événements qui rassemblent le plus de monde, parfois même plus que les mariages : c’est le cas ici. Lou réussit à rassembler une dernière fois sa famille, alors que tout le monde n’a pas vraiment envie de se faire la bise. Si les relations sont cordiales, elles vont vite devenir électriques. Or chez le notaire où elle avait pris ses dispositions, Lou a donné des indications très claires : Jo doit tout faire pour que sa famille soit heureuse, au complet. S’il ne le fait pas pour lui, il doit le faire pour elle !

Le résumé de l’histoire me donnait envie même s’il me laissait sceptique. J’avais peur de tomber encore dans un roman à l’intrigue cousue de fil blanc, passant d’un événement prévisible à un autre encore plus gros, mais finalement j’ai été très surprise. Ce n’est pas tant sur l’intrigue que se focalise Lorraine Fouchet, mais plutôt sur la psychologie des personnages. Rien à voir donc avec Demain est un autre jour de Lori Nelson Spielman pourtant dans le même esprit, où l’héroïne doit remplir une liste de vœux en moins d’un an pour toucher l’héritage laissé par sa mère.

J’ai tout d’abord été charmée par l’écriture de l’auteur : douce et vive à la fois, sans fioritures, Lorraine Fouchet nous fait sourire et presque pleurer. Ses mots sonnent juste, elle nous emporte en Bretagne sur son île. J’ai relevé des citations à la pelle et je ne pouvais pas m’arrêter. L’auteur aborde le deuil et la maladie avec beaucoup de pudeur et cela nous prend aux tripes. Les personnages sont à fleur de peau, et finalement nous aussi après une telle lecture.

« Je suis un type chanceux, je gagne au Monopoly contre Pomme, je me gare facilement à Paris, les caisses ferment derrière moi au supermarché. Je t’ai rencontrée, tu m’as aimé. J’étais né sous une bonne étoile, mais tu l’as emportée avec toi et désormais la nuit est d’encre. Tu as été en retard toute ta vie, on a raté des avions, des trains, des levers de rideaux, des débuts de films. C’est la première fois que tu es en avance, que tu me précèdes quelque part. »

C’est le premier roman que je lis de l’auteur et certainement pas le dernier. Tout comme Katherine Pancol a su le faire dans sa trilogie Les Yeux Jaunes des Crocodiles, dans Entre Ciel et Lou, je me suis vraiment sentie près des personnages. J’ai senti le trop-plein de beurre du kouign amann ou du tchumpôt, respiré l’iode à plein nez, entendu le saxophone de Pomme ou eu envie de baffer certains. Son livre est vivant, tout comme ses personnages, et ce n’est pas le cas souvent. Ils ont des états d’âme, sont rancuniers, immatures ou ne savent pas cuisiner, mais on s’attache à eux car ils nous ressemblent. Ils ne sont pas ces caricatures que l’on nous ressert de roman en roman où tout le monde s’aime après trois pages (et éventuellement après deux-trois scènes de cul totalement wtf).

Entre Ciel et Lou, c’était une lecture vivante, vivifiante qui m’a fait un bien fou en ce début de printemps, et surtout donné des envies d’évasion vers l’île de Groix où moi aussi, j’aimerais bien faire une petite retraite, ne serait-ce que le temps d’une semaine.

Le prochain roman de l’auteur Les Couleurs de la Vie sort le 30 mars en librairie chez Héloïse d’Ormesson, et croyez-moi, le rendez-vous est déjà pris !

Promenade sur l'île de Groix : Entre Ciel et Lou - Lorraine Fouchet

Entre Ciel et Lou

Lorraine Fouchet

Le Livre de Poche (initialement Héloïse d’Ormesson)

20 mars 2017 (1ère publication en mars 2016)

382 pages

20 commentaires sur “Promenade sur l’île de Groix : Entre Ciel et Lou – Lorraine Fouchet

  1. Je lis beaucoup de bien sur ce livre mais jusqu’ici je n’étais pas particulièrement tentée. Sa couverture en format poche m’interpelle dès que je la vois. Peut-être cela me fera t’il changer d’avis sur ce roman que tout le monde semble apprécier.

  2. Quelle est belle ta critique ! Je l’ai lu en Septembre en l’empruntant à la médiathèque et viens de me l’offrir en poche. Tu me donnes envie de le relire !
    J’ai Les couleurs de la vie sur ma liseuse (merci la maison d’édition Héloïse d’Ormesson !) et j’ai hâte de le commencer 🙂

    1. Je te comprends !
      Et j’ai aussi eu Les Couleurs de la Vie en numérique, je l’ai déjà dévoré (dans mes deux trains allers-retours Pékin-Shanghai, un vrai régal et un super souvenir en prime !)

  3. Je suis très contente que tu ai aimé ce si beau roman ! Je viens de terminer Les Couleurs de la Vie, et … j’ai adoré, l’auteure est vraiment trop forte ! Je vais me procurer à coup sûr ces précédents romans.

  4. Bizarrement je l’ai tellement vu partout qu’il ne m’attire pas (tout comme son nouveau d’ailleurs)… Même si je dois dire que tes chroniques donnent envie du contraire. Peut-être qu’à l’occasion je mettrais les préjugés de côté, tes conseils étant toujours avisés.

    1. Je te comprends, des fois je fais des rejets aussi en mode « non j’entends trop parler de ce truc et je ferai pas mon mouton ».
      Mais promis, ceux-là, ils valent leur pesant de cacahuètes (surtout pour les vacances !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *