Pour les éternels nostalgiques… La Maison de Vacances d’Anna Friedriksson

Pour les éternels nostalgiques... La Maison de Vacances d'Anna Friedriksson

La Maison de Vacances ; Anna Friedriksson

Denoël

24 mars 2016

344 pages

Quatrième de couverture : Eva a complètement coupé les ponts avec son frère Anders et sa sœur Maja. Alors qu’ils n’ont eu aucun contact depuis plusieurs années, la mort brutale de leur mère les réunit. Très vite, une violente dispute éclate concernant l’héritage : Eva estime que la maison de vacances sur l’archipel suédois que sa mère aimait tant lui revient de droit, mais Anders et Maja ne sont pas du même avis. Eva se réfugie alors sur l’archipel. Mais, quelques jours plus tard, Anders et Maja arrivent à leur tour avec conjoints et enfants… Au fil des jours, tous vont apprendre à se connaître, mais est-il encore possible de renouer des liens brisés depuis si longtemps? Anna Fredriksson nous parle de ce lieu où se nouent et se dénouent les drames familiaux, où les liens se resserrent, dans ce roman émouvant et intelligent sur les relations fraternelles compliquées, le chagrin et l’amour.

Mon avis : Je tiens tout d’abord à remercier Ludo de Prends un livre et détends toi qui avait organisé un concours en collaboration avec les éditions Denoël et grâce à qui j’ai remporté ce livre !

Quelques jours avant mon grand départ outre-manche, j’avoue que je peinais à faire avancer mes lectures (c’est toujours un peu le cas me direz-vous). J’étais préoccupée par pas mal de choses différentes, j’avais beaucoup de choses à préparer, et niveau lectures, je voulais du léger. Mais comme je le dis à chaque fois, du « bon léger ». Du cheesy sympa sans l’être trop, éventuellement de la romance un peu prévisible mais pas trop non plus. La niaiserie tue la niaiserie, tout le monde sait ça.

Je me suis donc attaquée à ce livre sans trop d’attentes, et j’ai été véritablement surprise. Cette couverture et ce titre un peu punchy peuvent être pour autant trompeurs : l’histoire ne commence pas vraiment bien pour le personnage principal, Eva. Elle vient de perdre sa mère, qui est décédée dans des circonstances assez difficiles, et a du mal à s’en remettre. Elle vit seule, et son fils s’apprête à prendre son envol, alors qu’il prend un appartement avec sa copine. Elle perd pied, surtout quand son frère et sa soeur qu’elle n’a pas vus depuis très longtemps décident sans la consulter que leur maison familiale de vacances doit être vendue. Mais Eva n’a pas dit son dernier mot, et est bien décidée à empêcher la vente d’avoir lieu, en se rendant sur l’archipel suédois où elle compte bien poser ses valises. Pour une durée indéterminée. Manque de bol, son frère et sa sœur seront aussi de la partie avec toute leur marmaille, afin de régler les derniers préparatifs pour que la maison se vende le plus rapidement possible…

C’est un scénario de téléfilm, on sera tous d’accord là dessus. Mais c’est tellement addictif. Anna Friedriksson est scénariste, et cela se ressent totalement dans ce livre, de par l’écriture, mais aussi dans toutes les péripéties. C’est assez bien mené, on veut connaître l’issue de ces règlements de compte entre frères et sœurs, et surtout, on espère qu’Eva l’emportera. C’est drôle comme c’est triste, on rigole comme on a (un peu) envie de pleurer, ça se lit très vite, et surtout cela ne demande aucune réflexion. Ce livre m’a énormément divertie. Tant mieux, c’est tout ce que j’attendais de lui. Pour les amateurs de romans feel-good, vous trouverez sans doute votre compte avec ce roman !

Au-delà de ça, j’ai adoré la description de l’archipel sur lequel est cette fameuse maison de vacances. Les paysages semblent magnifiques, encore sauvages, et donnent une impression folle de calme et de sérénité. Clairement, si vous avez envie de découvrir la Suède, ce n’est pas ce livre qui vous donnera une impression contraire ! Je me suis sentie en vacances pendant quelques heures avec ce livre – même s’il s’agissait de vacances pour le moins mouvementées pour tous les personnages.

En résumé : si vous aimez les histoires de famille, les scénarios peu originaux mais qui tiennent la route, et que vous aimeriez partir quelques jours en Suède… Faîtes un petit détour par La Maison de Vacances d’Anna Friedriksson !

14 commentaires sur “Pour les éternels nostalgiques… La Maison de Vacances d’Anna Friedriksson

  1. j’aime bien que tu dises que ça ressemble à un téléfilm, mais parfois ils sont pas mal et surtout ils nous détendent entre deux lectures ardues. Moi, jamais je ne vendrais une jolie maison suédoise ilienne !

    1. Des fois ce genre de caractéristiques fait qu’avec moi ça ne passe pas, mais là… Si !
      Et avant de la vendre, j’adorerais déjà voir une maison du genre en vrai !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *