Les Loyautés – Delphine de Vigan

les loyautés de delphine de vigan

Les Loyautés de Delphine de Vigan est l’un des romans les plus remarqués de cette rentrée d’hiver. Il faisait aussi partie des plus attendus, et je faisais bien entendu partie de ceux qui l’attendaient de pied ferme. J’ai pourtant patienté un mois après sa sortie pour me le procurer et enfin m’y plonger. Si je n’ai pas retrouvé pleinement ce que j’adorais chez l’auteur, il s’agit quand même d’un roman marquant et bouleversant.

**

« J’ai pensé que le gamin était maltraité, j’y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c’était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par cœur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu’avec moi, ça ne marche pas.»

Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux. Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo : serait-il en danger dans sa famille ? Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils. Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.

**

Jusqu’à quel point peut-on passer sous silence certaines choses qui ne devraient pas l’être par loyauté ? Telle est la question que pose Delphine de Vigan avec son nouveau roman qui fait un peu froid dans le dos. Quatre personnages prennent tour à tour la parole dans cette histoire courte mais prenante, où tout le monde a quelque chose à se reprocher, à cacher comme à protéger à tout prix. Ils sont tous plus ou moins liés les uns aux autres par leurs zones d’ombre et s’entraînent sans jamais le vouloir vers le fond.

« Les loyautés.

Ce sont des liens invisibles qui nous attachent aux autres – aux morts comme aux vivants –, ce sont des promesses que nous avons murmurées et dont nous ignorons l’écho, des fidélités silencieuses, ce sont des contrats passés le plus souvent avec nous-mêmes, des mots d’ordre admis sans les avoir entendus, des dettes que nous abritons dans les replis de nos mémoires. »

Les Loyautés de Delphine de Vigan, c’est un roman qui aborde en vrac la maltraitance, l’alcoolisme, les parents qui se déchirent et les enfants victimes du divorce, les démons de la fachosphère et le burn-out, le tout sans jamais tomber dans la caricature. Les propos sont forts et certaines phrases presque blessantes, aussi froides et mordantes que l’ambiance glacée qui se dégage de la couverture. Les personnages nous embarquent d’emblée dans leur spirale infernale et il semble de plus en plus compliqué de les sortir de leurs travers. Comme dans D’après une histoire vraie, Delphine de Vigan tisse une histoire où la tension grimpe au fil des pages sans même que l’on s’en aperçoive réellement, jusqu’à la fin – forcément vertigineuse.

  • A lire aussi : La Maladroite d’Alexandre Seurat – pour rester dans la thématique des lectures déprimantes !

Si c’est une lecture qui laisse son lecteur un peu sonné une fois terminée, elle lui laisse également une légère impression d’inachevé. Comme si le roman était finalement trop court, qu’on en aurait voulu plus. Et à défaut d’avoir une fin différente, d’avoir au moins eu plus de détails. J’aurais quand même aimé que l’auteur creuse un peu plus son sujet tant il y avait à dire. On quitte les personnages bien rapidement – presque trop vite.

En bref, pour la première fois sans doute, Delphine de Vigan m’a frustrée, et je n’ai pas aimé ça.

Il n’empêche que ce roman est à la hauteur des éloges qu’il reçoit, tant par son sujet que par le traitement de celui-ci. Delphine de Vigan nous propose une fois de plus un roman au sujet peu joyeux, avec des personnages complètement instables et qui nous laissent finalement mal à l’aise mais qui a le mérite de nous faire réfléchir. Les Loyautés ne sera peut-être pas pour moi la lecture la plus marquante de cette rentrée littéraire, mais il s’agit quoi qu’il arrive d’un très bon roman, et j’étais ravie de retrouver cette auteur que j’aime tant !

les loyautés delphine de vigan

Les Loyautés ; Delphine de Vigan

JC Lattès

3 janvier 2018

208 pages

11 commentaires sur “Les Loyautés – Delphine de Vigan

    1. Ah oui ? C’est drôle, parce que pour ma part j’ai la sensation de n’avoir lu que des avis positifs ou presque jusqu’à maintenant !
      Et si tu avais aimé le précédent, tu devrais lui laisser une chance. D’autant qu’il se lit vite, donc même si finalement tu es déçue, tu n’auras pas non plus perdu ton temps !

    1. C’est toujours mieux de se faire son propre avis, après tout, certains l’ont adoré !
      Je trouve juste que ce n’est pas le plus abouti et réussi de l’auteur

  1. J’ai beaucoup aimé ce côté court, incisif qui nous laisse sur notre fin. Etant donné que j’avais eu un peu de mal avec D’après une histoire vraie, je trouve celui-ci plus réussi mais ce n’est qu’une histoire de goût 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *