La vie secrète d’Elena Faber – Jillian Cantor

La vie secrète d'Elena Faber de Jillian Cantor

Roman historique à cheval sur deux époques, saga familiale et mystères à la clé… En pleine période chargée de rédaction de mémoire, La vie secrète d’Elena Faber de Jillian Cantor aux éditions Préludes avait tout pour me plaire. Retour sur ce page-turner entre l’Autriche et Los Angeles :

**

Autriche, 1938. Kristoff, jeune orphelin viennois, est apprenti chez Frederick Faber, un maître graveur, créateur de timbres, lorsqu’éclate la nuit de cristal. Après la disparition de son professeur, Kristoff commence à travailler pour la résistance autrichienne avec la belle et intransigeante Elena, la fille de Frederick dont il est tombé amoureux. Mais tous deux sont bientôt pris dans le chaos de la guerre. Parviendront-ils à échapper au pire ?
Los Angeles, 1989. Katie Nelson découvre dans la maison familiale une riche collection de timbre appartenant à son père. Parmi ceux-ci, une mystérieuse lettre scellée datant de la Seconde Guerre mondiale et ornée d’un élégant timbre attire son attention. Troublée, Katie décide de mener l’enquête, aidée de Benjamin, un expert un peu rêveur…

**

La vie secrète d’Elena Faber de Jillian Cantor est un roman historique avec alternance entre deux époques, non sans rappeler Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay ou Un été près du lac d’Heather Young. Une valeur sûre pour l’amatrice de ce genre de romans que je suis. Je me suis sentie d’emblée attirée par cette histoire de famille et de timbre qui traverse les époques. Je ne suis en rien philatéliste, et pourtant je me suis prise au jeu des détails de la fabrication des timbres, comprenant enfin la fascination qu’elle engendre chez les collectionneurs.

Si le roman n’a rien de très exceptionnel en lui-même, il a le mérite d’être particulièrement prenant et de nous emmener sur les traces d’un jeune graveur de timbres autrichien et de sa famille d’adoption. L’alternance des chapitres et des époques apporte beaucoup de rythme à l’histoire, à tel point qu’il est finalement difficile de refermer le livre. Les révélations sont bien amenées, quoi qu’un peu trop grosses pour être crédibles. On sent facilement derrière le récit les grosses ficelles de la narration, et forcément c’est un peu dommage.

La vie secrète d’Elena Faber de Jillian Cantor est à défaut un roman historique sympathique, qui donne envie d’aller en apprendre plus sur les timbres et de se réfugier dans les petits villages des montagnes autrichiennes. S’il n’est pas inoubliable, il reste une bonne lecture très accessible, et avec une couverture particulièrement canon qui ne laisse personne indifférent dans le métro !

La vie secrète d'Elena Faber - Jillian Cantor

La vie secrète d’Elena Faber ; Jillian Cantor

Éditions Préludes

4 avril 2018

384 pages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *