La Ballade de l’Enfant-Gris ; Baptiste Beaulieu

La Ballade de l'Enfant-Gris ; Baptiste Beaulieu

La Ballade de l’Enfant-Gris ; Baptiste Beaulieu

Mazarine / Fayard

A paraître le 3 octobre 2016

412 pages

Résumé : Jo’, étudiant en médecine de 24 ans, se rend ce dimanche dans la chambre de Noah, un petit garçon de 7 ans qui se demande pourquoi sa mère ne vient jamais le voir. Ce jour-là, une déchirure se produit, qui poussera Jo’ à partir en voyage jusqu’au bout du monde, accompagné d’un petit fantôme. Il part sur les traces d’une femme mystérieuse.

Mon avis : C’est ma première lecture avec Netgalley et je suis très contente d’avoir choisi de lire ce roman ! Merci par ailleurs à Netgalley et à Mazarine pour cette lecture.

J’avais déjà entendu parler des livres de Baptiste Beaulieu sur la blogo et notamment sur Twitter, connus pour leur humour et bien évidemment leurs histoires d’hôpital. C’est d’ailleurs sans doute la marque de fabrique de l’auteur: tous ses livres ont en commun le thème du milieu hospitalier, ce qui en soit n’est pas pour me déplaire, vous devez commencer à le savoir.

Dans ce roman, Jo est un jeune médecin qui va être complètement désarçonné par un patient. Parfois, il est difficile de mettre des distances, et Jo se sent incroyablement concerné par un jeune garçon, Noah, atteint d’une maladie du sang et hospitalisé dans l’unité pédiatrique où il travaille.

« Dimanche, 9 h 54, grande banlieue de Paris. Le brillant étudiant en médecine de vingt-quatre ans observait le ciel nocturne peint dans la cabine d’ascenseur quand une secousse le sortit de sa rêverie. Il y était. Septième étage. Pédiatrie. Ça sentait toujours pareil, ici : antiseptique répandu sur le sol et urine froide. Il aimait ça, Jo’, c’était comme si l’odeur avait une vieille voix – une de ces voix à mâchonner des clopes plutôt qu’à les fumer – et qu’elle lui chuchotait : « Hey, hey, gamin ! Ici on sauve des vies ! »« 

On le sait dès le début du roman : Noah va mourir. Le roman se construit en deux parties distinctes, autour d’un événement dont on parle finalement peu « La Déchirure ». On alterne les chapitres « avant la déchirure », à l’hôpital, alors que Noah est malade et attend les visites de sa maman qui ne vient presque jamais le voir, et ceux « après la Déchirure », alors que Jo se retrouve embarqué dans une folle aventure avec le fantôme du garçon.

C’est donc une histoire évidemment touchante, mais aussi poétique, à sa façon. Alors que Noah meurt, Jo ne peut se défaire de lui. En effet, le petit fantôme du garçon se met à le suivre partout en lui demandant de retrouver sa mère. Oui oui, c’est donc un véritable remake de Melinda Gordon dans Ghost Whisperer. Ca tombe bien, j’adorais cette série étant petite. 

La Ballade de l'Enfant-Gris ; Baptiste Beaulieu

Jo voyage donc à Rome, mais aussi à Jérusalem, sur les traces de cette maman qu’il ne comprend pas trop. Pourquoi ne venait-elle pas voir son enfant à l’hôpital alors que celui-ci était mourant ? Il a besoin de réponses, pour lui, mais surtout le fantôme de Noah qui ne le lâche pas d’une semelle.

J’ai finalement beaucoup aimé ce roman. L’auteur, malgré un sujet plutôt difficile, garde énormément d’humour, ce qui aide à ne pas tomber dans le pathos et le larmoyant. La maladie est là, certes, et elle semble peut-être encore plus injuste. C’est l’histoire de médecins qui décompressent avec des blagues nulles et des clopes sur le toit de l’hôpital, car il ne faut pas trop se laisser atteindre.

« Tu aurais dû lui faire un 96… » « Un 96 ? » ont demandé en chœur l’infirmière et Manon. Taffe de cigarette. Moi, avec un clin d’œil : « C’est comme un 69, mais on boude »

Mais c’est aussi l’histoire d’un grand périple et d’une enquête, bien au-delà de la maladie. Si au début j’étais assez peu convaincue par cette intrigue, je me suis finalement prise au jeu, et j’ai tourné les pages sans m’arrêter. D’indice en indice, l’auteur distille les détails de son voyage avec beaucoup d’intelligence, et le lecteur n’en sait pas plus que les personnages (or je déteste le contraire). La fin m’a émue plus que ce que je n’aurais pensé, et j’ai refermé ce livre le cœur gros.

J’ai donc passé un très bon moment de lecture avec ce livre, et j’ai bien envie de me pencher sur les autres écrits de l’auteur. Mention spéciale pour sa plume, très jolie, qui m’aura fait rire – et presque pleurer.

« La tête de mon logeur était grosse et molle, avec des déformations fantastiques. « Sa mère avait dû accoucher par le cul », aurait dit mon grand-père en rougissant un peu. Ce qui est sûr, c’est que Saül en avait gardé la forme. Sous des arcades sourcilières saillantes, un œil cueillait les cerises et l’autre surveillait le garde champêtre. »

C’était également ma première lecture des éditions Mazarine, mais j’espère pas la dernière !

16 commentaires sur “La Ballade de l’Enfant-Gris ; Baptiste Beaulieu

    1. Un petit peu finalement ! En tout cas, c’est vraiment dans le délire Ghost Whisperer.
      Mais ça se lit tout seul, c’est vraiment une lecture sympathique

  1. Ce livre a l’air génial ! Merci pour le partage. Le blog de Baptiste Beaulieu est vraiment bien d’ailleurs.
    Si tu aimes ce qui a trait au médical je te conseille les bouquins de Martin Winckler : Le choeur des femmes, qui en plus d’être un vrai hymne féministe se révèle très instructif ; La maladie de Sachs ou le quotidien d’un médecin de campagne ; Les trois médecins où le parcours de trois étudiants en médecine pas comme les autres.

    1. Oui j’avais déjà fait un tour sur son blog, et c’est vrai que j’ai oublié d’en parler !

      Quant au Choeur des Femmes, il est déjà dans ma wishlist 😉

    1. Oui je te comprends… C’est assez différent du roman de Fannie Flagg d’un point de vue « revenu parmi les morts »… Ici on parle plutôt d’un fantôme, mais il sert surtout de prétexte au grand voyage du narrateur.
      Je n’accroche pas au fantastique aussi de manière générale mais là ça ne m’a absolument pas gênée… J’ai hâte de savoir ce que tu en penses.
      Et il faut que tu lises Leon, je suis trop curieuse de savoir si tu l’aimes ou pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *