2016 : Le Flop 10 !

flop-10-2016

L’année s’achève demain, et afin de la terminer en beauté – et surtout de ne pas la regretter, j’ai décidé de vous proposer mon top 10…De tous ces livres qui ne m’ont absolument pas convaincue. Des déceptions, nullités et livres pleins de longueurs en tous genres… On revient aujourd’hui sur le moins bon du moins bon de l’année ! (et encore, j’ai dû faire du tri).

**

Entre les deux il n’y a rien ; Mathieu Riboulet

couv20846203

Le premier coup de pelle va très volontiers au livre de Mathieu Riboulet, à savoir Entre les deux il n’y a rien, chez Verdier. Je l’avais lu dans le cadre du RDE (comprenez Prix du Roman des Etudiants France Culture et Télérama, je sais c’est long), et mon dieu ce que j’avais pu m’ennuyer. C’était confus, pédant, bizarre, longuet. C’était ma première lecture en tant que jurée du prix et très honnêtement je m’étais énormément inquiétée : j’avais très peur que tous les autres soit du même tonneau ! Heureusement il y avait aussi du très bon dans cette sélection, dont le dernier roman de Delphine de Vigan, Celle que vous croyez de Camille Laurens et En attendant Bojangles qui a remporté le prix.

**

Les Clameurs de la Ronde ; Arthur Yasmine

couv56008866

Pédant n°2, malheureusement l’auteur a sûrement dû regretter de m’avoir envoyé ce livre en voyant ma chronique. Un recueil de poésie qui de prime abord me tentait beaucoup, mais j’ai levé les yeux au ciel plus d’une fois, et sur la fin j’ai failli le balancer par la fenêtre. Next donc !

**

La Bibliothèque de Hans Reiter ; Jean-Yves Jouannais

couv43352341

Encore une lecture pour le RDE (ne m’obligez pas à réécrire le truc en entier, ayez un peu de pitié) qui ne m’a absolument pas marquée et pire… j’ai eu le sentiment de lire 200 pages de vide, sans trop comprendre. Bref, j’ai lu en pensant à autre chose tout le long (et en bâillant accessoirement). Je suis totalement passée à côté de ce roman qui pour moi était ennuyeux à souhait !

Notons que grâce à ce top 10 uniquement, La Splendeur dans l’Herbe de Patrick Lapeyre échappe de très peu à cette sélection, car s’il était aussi au programme du RDE, il était soporifique à souhait (et l’auteur avec).

**

Love Song ; Philippe Dijan

couv9083544

Dans le lot des lectures insupportables aux personnages à claquer, je demande celle-ci ! J’avais proposé à ma jolie copine Quai des Proses (qui a aujourd’hui arrêté son blog) une lecture commune autour de Love Song de Philippe Dijan que nous avions toutes les deux dans nos PAL… Grand mal m’a fait, c’était la bérézina. Dans la famille des drogués cinglés, je demande le vieux frustré qui joue de la musique bateau et qui se défonce à longueur de journée, sa femme/ex (on sait pas, ça change toutes les dix secondes) enceinte, frappée de partout, chiante et nymphomane, ou la vieille qui couche avec d’autres hommes pour se payer sa dope. Que du bon, vraiment. Le tout avec une histoire chiante à mourir… Je me serais au moins bien amusée à écrire une chronique sanglante !

**

Agnès Martin-Lugand, tout court !

couv56265862 couv69421994 couv18014043

Allez, pour le coup je triche un peu, je mets trois livres dans le même panier, tout simplement parce que je leur reproche exactement la même chose : certains le savent maintenant, Agnès Martin-Lugand et moi, c’est une histoire compliquée. Parce que ça pourrait être génial : j’adore la littérature feel-good, la trame de ses histoires n’est pas forcément mauvaise… Mais sérieusement, chez moi la niaiserie et les « belles phrases » qui n’en sont absolument pas par paquets de mille ça ne passe pas. Pire encore, je ne comprends pas les gens qui me parlent « d’histoires authentiques » alors que tout est caricatural au possible. Mais tous les goûts sont dans la nature me direz-vous.

En bref, il ne s’agit pas là des pires déceptions de l’année, mais un peu quand même. Disons qu’avec tout le tapage médiatique qu’on a autour de ces livres, je m’attendais à du bon ; j’ai seulement eu du bof.

**

Horrorstör ; Grady Hendrix

couv50513566

Dans le genre what the fuck, ce livre obtient la palme ! A sa sortie en 2015, on l’avait vu partout. En même temps, un livre d’horreur sous forme de catalogue Ikea, ça se remarque. Ça fait rire. On le retourne forcément en librairie. Quelle ne fut pas ma déception quand je l’ai emprunté en bibliothèque ! Pour moi ce roman part complètement en cacahuète. Le début est à peu près crédible, on rigole un peu, comme dans les romans de Romain Puértolas (lui aussi il s’est engouffré dans la brèche Ikea mais au moins c’était vraiment drôle), mais alors le reste… On n’y comprend finalement plus rien. J’ai lu les cinquante dernières pages sans vraiment les lire, faisant fi des nombreux monstres et autres choses bizarres qui n’avaient aucun sens et je me suis finalement ennuyée ferme.

Donc oui pour le côté marketing, pour le reste, on repassera !

**

Nina Simone, roman ; Gilles Leroy

 couv-_nina_simone_roman_folio

J’avais énormément d’attentes positives en commençant Nina Simone, roman de Gilles Leroy pour plusieurs raisons : parce qu’on m’avait bien vendu les romans de l’auteur et surtout, parce que la vie de cette chanteuse hors norme m’intéressait beaucoup. Malheureusement, je n’ai pas du tout pris plaisir à découvrir le quotidien de cette femme finalement loin d’être rose, et ce roman m’a laissé un goût très amer. Je me suis ennuyée, tout simplement, je le traînais dans le métro sans vouloir l’ouvrir (à part pour le finir) et franchement c’était laborieux.

Donc même s’il n’y avait absolument pas que du négatif dans ce livre, avec moi ça ne l’a pas fait du tout !

**

How to be bad ; E. Lockhart, Lauren Myracle et Sarah Mlynowski

24917575

Parmi les quelques lectures young adult en VO que j’ai pu faire cette année, j’ai vraiment détesté How to be bad cet automne après l’avoir emprunté à la bibliothèque. C’était longuet, avec des personnages bien stéréotypés et à claquer, et avec le slang à tour de bras parfois j’ai un peu tourné les pages pour accélérer la lecture. Bref, un livre qui rassemble à la perfection tout ce que je n’aime pas dans le young adult !

**

En Vie ; David Wagner

14564920_537503329778541_772905482611326976_n

J’avais une envie folle de lire En Vie, de David Wagner pendant la rentrée littéraire et finalement, ma lecture s’est avérée vraiment difficile. Il s’agissait d’un roman sur une greffe de reins et alors que je m’attendais à une histoire du style Réparer les Vivants de Maylis de Kerangal (avec une style très haché, donnant une impression de vitesse effrénée) j’ai finalement eu droit à un livre profondément contemplatif, sur la condition d’un malade en Allemagne – ou plutôt toutes les manières différentes dont on peut s’ennuyer dans un lit d’hôpital. Malheureusement, ce n’est pas franchement un sujet qui me passionne – l’ennui dans les livres ne provoquant très naturellement chez moi que de l’ennui !

**

L’Amour en Minuscules ; Francesc Miralles

couv11893498

On retourne dans la littérature feel-good avec un autre loupé magistral… L’amour en minuscules traînait dans ma wishlist depuis une éternité et il aurait mieux fait d’y rester ! C’était bizarre, sans queue ni tête, avec des personnages à claquer et/ou sans intérêt. Bref, le feel-good qui n’en est pas un et qui donne plutôt envie de balancer le livre par la fenêtre à force de lever les yeux au ciel. A oublier très vite !

**

J’ai aussi abandonné quelques livres cette année – chose que je fais rarement, juste parce que ce n’était pas possible, comme Aux petits mots les grands remèdes de Mickaël Uras, Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai ou Quand la lumière décline d’Eugen Ruge. Je ne reviendrai pas dessus, car j’avais finalement peu de choses à dire ne les ayant pas vraiment lus !

Voilà en tout cas pour cette sélection peu fameuse des livres à enterrer au fond du jardin ou à donner très vite (pour certains croyez-moi c’est déjà fait), sans langue de bois ! Néanmoins ne vous en faîtes pas, en 2016 j’ai malgré tout fait d’excellentes découvertes et elles arriveront très vite sur le blog… Et vous, quelle a été votre pire déception de 2016 ?

22 commentaire sur “2016 : Le Flop 10 !

    1. Oui malheureusement, j’étais la première attristée par la nouvelle ! Elle l’a arrêté vers la rentrée il me semble.
      Et pour Agnès Martin-Lugand, la plupart des gens adorent, alors peut-être que toi aussi ! Mais j’avoue que je ne comprends vraiment pas ce succès, pour moi c’est vraiment de la romance bas de gamme

      1. Et pour mes déceptions , j’en garderai deux « règne animal » chronoqué récemment sur mon blog et puis  » juste après le bonheur » de Agnès ledig, trop niais, trop de phrases toutes faites… Beurk beurk beurk!

    1. Haha. Bon courage alors !
      Non plus sérieusement, d’autres blogueuses ont beaucoup aimé, et moi aussi j’ai apprécié certains passages, mais d’autres me sont vraiment restés en travers de la gorge.

  1. Merci pour ce billet très drôle au final ! je ne me souviens pas de beaucoup sauf du malade en attente de rein .. ton billet m’avait fait rire et celui-ci aussi ! Moi, j’ai abandonné des bouquins c’est vrai – pareil dans le cadre d’un prix, mais je ne crois pas en avoir parlé .. pas dans mon bilan en tout cas mais j’adore ce genre de bilans !

    1. On parle souvent de ses meilleures lectures alors pourquoi ne jamais parler des mauvaises !
      Et tant mieux si ça a au moins eu le mérite de te faire rire !

  2. J’adore ton rafraîchissant bilan flop. En plus, il a le mérite de ne pas me faire dépenser!
    Comme Fanny, « Règne animal » de Jean-Baptiste Del Amo m’a vraiment déçu côté style (indigeste), au point que je l’ai abandonné. Idem pour « Aquarium » de David Vann (que j’aime beaucoup, d’habitude).

  3. Pas tant de flops que ça pour moi en 2016, et pas de gros énervement – je retiens juste « Métamorphoses » de François Vallejo et « Trois jours avec Norman Jail » d’Eric Fottorino

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *