Aphrodite et Vieilles Dentelles – Vous avez dit WTF ?

CouvertureEden

Aphrodite et Vieilles Dentelles ; Karin Brunk Holmqvist

Editions Mirobole

4 mai 2016

251 pages

Quatrième de couverture : Tilda et Elida Svensson, 79 et 72 ans, célibataires, mènent une vie à la routine paisible. Elles font des confitures, vont à l’église, et se couchent chaque soir exactement à la même heure. Pas de commodités à l’intérieur de leur maison vétuste : les toilettes sont au fond du jardin, l’eau est à tirer au puits. Tout change à l’arrivée d’un nouveau voisin, Alvar Klemens, ou plutôt de son chat : le félin est pris de frénésie sexuelle en mangeant une des plantes d’Alvar, que celui-ci entretient avec un engrais curieux. Et si elles tenaient avec ce produit l’occasion de s’offrir enfin des W.C dignes de ce nom ? La révolution est décidée : les deux dames montent un business clandestin d’élixir aphrodisiaque…

Karin Brunk Holmqvist est l’une des auteurs les plus populaires de Suède. Personnalité atypique, elle a exercé de nombreuses professions, d’employée en maison d’arrêt à femme politique et mannequin pour bikinis. Elle a publié dix romans, vendus à plus d’un million d’exemplaires et traduits dans cinq langues.

Mon avis : Si vous aimez le déjanté, vous allez en avoir. J’avoue qu’en me lançant dans ce roman il y a quelques jours, j’avais un peu peur du résultat. Concrètement, je m’étais dit ça passe ou ça casse. Et finalement (je ne vais pas faire durer le suspense très longtemps), c’était une réussite.

La quatrième de couverture résume assez bien ce qu’il faut savoir sur ce roman. C’est l’histoire de deux femmes un peu âgées dans leur quotidien franchement peu reluisant. L’auteur dresse un portrait tout en finesse, dentier, oignons aux pieds et hémorroïdes à l’appui (#mêmepaspeur). Bref, niveau sex appeal, Elida et Tilda, elles nous vendent du rêve. Au-delà de ça, ce sont deux femmes très attachantes. Elles n’ont pas connu grand chose des hommes, elles mènent une existence assez morne, mais se satisfont de plaisirs plus que simples. Ce sont des grand-mères peu embêtantes et assez mignonnes, en somme. Lorsqu’un nouveau voisin débarque dans la rue pour le moins désertée, c’est l’effervescence. Pour une fois, elles ont quelque chose à voir. D’autant que ce voisin est très bienveillant et va vite apprécier le duo de grand-mères de choc.

giphy (1)

Mais évidemment, le twist que tout le monde attend, c’est la raison pour laquelle les grand-mères se mettent à gérer leur petite entreprise de vente d’élixir aphrodisiaque par correspondance (y’a comme une couille dans le pâté là pour parler franchement). De « mamies gâteaux » (ou Mamie Nova, au choix), elles deviennent « Mamies les reines du sexe » – alors qu’elles s’y connaissent pourtant bien peu justement. Et beaucoup d’aventures risquent de leur arriver…

Si le début du roman m’a paru un peu longuet (faut dire que j’étais impatience et que je voulais en venir au fait, à savoir l’épisode de la fabrication artisanale de pseudo-viagra), j’ai finalement beaucoup ri avec ce roman. Elida et Tilda sont deux personnages hauts-en-couleurs qu’on rencontre très peu dans les romans, et qui font énormément rire par leurs réactions et leur comportement. Au fond, elles ne veulent que s’offrir des toilettes. Un petit luxe somme toute compréhensible pour lequel elles vont devenir des business women d’un jour, en faisant pas mal de gaffes. Elles sont attendrissantes, un peu naïves et complètement hors jeu. Ce sont de véritables amatrices… mais qui ne se débrouillent pas si mal en fin de compte.

J’ai peut-être un peu moins apprécié les autres personnages comme leur frère Rutger (qui lui justement a des petits problèmes d’ordre intime – comme par hasard me direz-vous), même s’il contribue au développement de l’intrigue. Je crois que j’ai tout simplement eu un coup de cœur pour le duo des grand-mères complètement déjantées et à la fois très « communes » par leur mode de vie (en soi, il n’y a rien de très original dans le fait de faire des confitures).

Il y avait peut-être quelques longueurs, surtout lorsque l’intrigue se met en place, mais finalement… rien de très méchant. Je n’étais pas bien emballée au début de ma lecture, mais plus j’avançais et plus je ressentais l’effet inverse. C’était drôle, frais, léger, ça change.

Avis aux amateurs de Romain Puértolas et de son fakir coincé chez Ikea : c’est (un peu) du même tonneau. Dans le genre loufoque et déjanté, niveau humour c’est un peu le même registre.

Je pense à l’avenir me pencher de plus près sur les parutions des éditions Mirobole qui ont vraiment quelque chose d’original (rien que pour les couvertures – que personnellement j’aime beaucoup !). Leur catalogue est ici pour les intéressés !

14 commentaire sur “Aphrodite et Vieilles Dentelles – Vous avez dit WTF ?

    1. Je pense vraiment que ça pourrait te plaire ! C’est loufoque…sans l’être trop non plus, il y a une intrigue qui tient la route !

    1. Je te comprends, j’avais peur aussi !
      Mais finalement c’est une lecture qui change, et qui est plutôt drôle avec des personnages attachants.
      Donc il est déjanté…sans l’être trop.

  1. Etant donné que je n’ai pas lu R. Puertolas, enfin si 10 pages de la fille aux nuages… je ne suis pas certaine que celui-ci soit fait pour moi, pourtant le pitch me plait beaucoup, ça a l’air léger, frais, et rigolo ! & ce genre de livre fait du bien !

    1. Si ça peut éventuellement te rassurer, la narration n’est quand même pas la même, on reste avec des personnages moins bizarres… C’est quand même un peu plus prosaïque !

  2. Je t’avoue que je passe mon tour encore une fois ^^ Si c’est dans le genre du Fakir de Puértolas, j’avais aimé mais c’était pas non plus ma tasse de thé, j’aurais vraiment pu m’en passer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *