Entre piscine et Open Space… C’était Juin 2016 !

13473088_1400491203299973_19123481

Le bilan, le bilan ! Comme chaque mois, il se fait un peu attendre (un peu par flemme je l’avoue), mais je m’y colle quand même. Parce que c’est un article que j’aime lire chez les autres, et qui est sans doute plus personnel aussi. L’occasion de faire le point, chose que je ne peux pas faire dans les chroniques.

Juin 2016 chez moi, c’était : des vacances sous le soleil de la Vendée (enfin !), un peu de bronzage, beaucoup de lectures et quelques dernières grasses matinées, un TGV direction Paris, un rechargement de carte Navigo après un an à l’avoir laissée moisir dans mon bureau, et le début du stage tant attendu. Un bureau, un ordinateur, un téléphone, du courrier, des micro-responsabilités, et plus d’excitation que de raison. Une colocation à trois chez ma grand-mère avec mon amoureux, des grèves de RER, Orange is the New Black (enfinnn !), des pique-niques place des Vosges, les soldes. Une rencontre avec Alecia McKenzie, des déjeuners avec des blogueuses et des copines, St Maur en Poche. Quelques craquages, qu’on se le dise. La fac presque déjà oubliée, sachant que j’ai été contactée par ma future école. Car oui, chose très chouette dont je ne vous avais pas parlé jusqu’à maintenant : je serai assistante de français toute l’année scolaire prochaine en Angleterre, dans le Hertfordshire. Evidemment, vous risquez d’en entendre parler encore looongtemps. Avec des milliards d’articles à l’appui, quitte à provoquer des overdoses. Donc pour le coup, je lâche juste ça comme ça. Même si je suis excitée au possible. Et que j’ai passé deux jours de deuil à cause de cette connerie de Brexit. Sur laquelle je ne reviendrai pas afin de ne pas gueuler toute seule comme on pisse dans un violon.

Sur ces propos bien peu sympathiques, je vous dresse maintenant le bilan lecture de ce mois, encore très positif, puisque j’ai lu quinze livres. Malheureusement, je n’ai pas sorti quinze livres de ma PAL, loin de là, mais j’ai fait de belles découvertes, et c’était l’essentiel.

Un coup de cœur :

couv17023381

Je vous l’ai dit il y a presque deux semaines maintenant, je suis littéralement tombée sous le charme de cette bande dessinée originale, récit de voyage assez hétéroclite et anecdotique, petits concentré de Japon avec un trait de crayon qui m’a beaucoup plu. La revue : Tokyo Sanpo, Florent Chavouet.

Les Presque Coups de Cœur (vraiment de peu, c’était histoire de chipoter) :

couv47820842 30207214 couv26415553 couv36386976

Deux services presse et deux superbes découvertes (déjà chroniquées) : Mon Bel Orage d’Héloïse Combes (que j’ai eu la chance de pouvoir interviewer !), et Au Nom de Quoi, de Dorian Meune. Deux livres sublimes qui gagneraient vraiment à être plus connus.

Mais aussi Rien de Grave, de Justine Lévy, que j’ai eu du mal à lire pour sa puissance, mais qui m’a marqué pendant plusieurs jours après la lecture. C’était encore une fois une lecture magistrale, forte et bouleversante. Et Une Place à Prendre de J.K Rowling, que j’avais peur d’ouvrir pour sa taille (ce livre est un véritable parpaing), mais qui m’a vraiment emportée pendant quelques jours dans la campagne anglaise à Pagford, où tous les coups bas sont permis. Des personnages hauts en couleur et très bien décrits, une histoire assez simple en apparence mais où plusieurs intrigues se croisent, toutes ces caractéristiques ont fait que j’ai passé une excellente lecture…et prolongé le plaisir avec la mini-série de la BBC. Parfait pour le mois anglais en cours.

Les Très Bonnes Lectures

couv47965652 couv40277489 couv47937491 couv8214109 couv9241229

Blonde à Forte Poitrine de Camille de Peretti ou la biographie romancée d’Anna Nicole Smith m’aura beaucoup plus touchée que prévu. J’ai été prise de court par cette histoire de descente aux enfers de cette bimbo un peu écervelée…mais pas mal intentionnée pour deux ronds.

J’ai été bouleversée par Elle n’était pas d’ici de Patrick Poivre d’Arvor, qui a écrit ici un hommage à sa fille Solenn, alors qu’elle s’est suicidée en se jetant sous un métro. Une lecture profondément touchante, on s’en doute, mais aussi pleine d’humilité.

La grande joie de ce mois : retrouver Becky Bloomwood et ses histoires toujours aussi rocambolesques ! De la chick-lit dans le thème pour le mois anglais, autant dire que j’étais très heureuse d’attaquer L’Accro du Shopping à Hollywood, spécialement dédicacé par Sophie Kinsella (merci Pocket !)

J’ai emprunté ce mois-ci La Drôle de Vie de Zelda Zonk, dont je vous reparlerai bientôt, de Laurence Peyrin. Une histoire à laquelle je ne m’attendais pas trop, mais rafraîchissante au possible, et vraiment prenante. J’ai été ravie de rencontrer l’auteur à St Maur en Poche !

Enfin, autre BD de ce mois, Dora, de Minaverry. Une très belle découverte argentine, entre Berlin, Bobigny et le Brésil pendant les années 1960…

Les Lectures Sympathiques

couv343296 couv66948957 11116349 couv53557050

Hanna, la suite de Zelda Zonk m’a bien plu, même si je n’ai pas été aussi transportée qu’avec le premier tome. Il nous a apporté les révélations que l’on attendait, mais pour le reste ce n’était pas aussi haletant.

J’ai également bien aimé Parfaite de Caroline Kepnes, roman prenant entre thriller et romance pour le moins original sachant qu’il est narré par le psychopathe lui-même, mais quelques longueurs sur la fin m’ont un peu refroidie.

J’ai enfin terminé An Elephant in the Garden de Michael Morpugo, livre sublime qui traînait sur ma table de nuit depuis bien trop longtemps. C’était une belle lecture, j’ai juste regretté le fait qu’elle soit trop jeunesse pour moi.

Enfin, j’ai lu Pourquoi pas ? de David Nicholls, juste avant ma rencontre avec l’auteur à St Maur en Poche. Son livre traînait depuis plus d’un an maintenant dans ma PAL et c’était l’occasion parfaite pour l’en sortir. C’était un contemporain vraiment sympathique, où il critiquait encore une fois pas mal d’étudiants avec beaucoup d’ironie, mais qui m’a bien fait sourire et avec lequel j’ai passé un bon moment de lecture.

La Petite Déception

couv2146765

Seule vraie déception de ce mois, Un Petit Goût de Noisette de Vanyda, bande dessinée pour laquelle j’avais beaucoup d’attentes, mais qui m’a un peu laissée de marbre, malgré de très beaux dessins.

**

Encore un gros bilan, donc, et autant dire que j’ai des prévisions de lecture pour le mois de juillet qui dépassent l’entendement. Je compte profiter de l’été pour sortir pas mal de livres de ma PAL avant la rentrée littéraire, mais aussi pour emprunter plein de livres à ma maison d’édition où je bosse, lire plus de littérature étrangère (parce que j’aime bien voir ma petite carte du monde sur Livraddict se remplir),emprunter plus de BD et en lire au moins une par semaine pour un rendez-vous hebdomadaire sur le blog, lire tous les livres empruntés à la bibliothèque avant de partir de chez ma grand-mère, et lire plus de littérature américaine pour honorer le challenge 50 romans – 50 états dans lequel je me lance officiellement (merci Electra !). Je n’arriverai bien évidemment jamais à faire tout ça, mais qu’importe.

Le point positif : au moins, ne vous en faîtes pas, le blog sera toujours aussi actif. Je souhaite de très bonnes vacances à tous ceux qui partent en juillet, et beaucoup de courage à ceux comme moi qui bosseront pendant ce temps là. En espérant que le soleil soit avec nous… Je retourne au Journal d’un Vampire en Pyjama ! (la bibliothèque, une abomination je vous dis…)

9 commentaire sur “Entre piscine et Open Space… C’était Juin 2016 !

  1. « Journal d’un vampire en pyjama », excellent choix ! J’adore Mathias Malzieu donc je ne suis pas forcément très objective, mais c’est un très beau livre, plein de poésie et d’humour malgré le sujet.

    1. Je n’avais pas trop accroché à « Maintenant qu’il fait toujours nuit sur toi ». Mais celui-ci m’inspirait bien, et quand j’ai vu tous les avis positifs… J’ai craqué à la bibliothèque sans hésiter ! (et pour l’instant je ne regrette pas)

  2. J’avais les mêmes réticences que toi à propos d’Une place à prendre de JK Rowling et au final, je me suis laissée porter par l’histoire et on oublie presque qu’elle a écrit Harry Potter, tant le style est différent, mature, adulte, parfois sombre.
    J’aimerais beaucoup découvrir Laurence Peyrin et son héroïne Zelda Zonk, j’entends beaucoup de belles choses à son sujet 🙂
    C’est un beau bilan tout de même ! 🙂

    1. Merci beaucoup !

      Oui ça change vraiment d’Harry Potter, c’est clair ! Je pense que c’est pour cette raison qu’énormément de gens ont été déçus… Mais j’ai adoré plonger au fin fond de la campagne anglaise, c’était prenant !

      Et oui, si tu aimes les contemporains (surtout pour l’été), fonce et découvre Zelda Zonk. C’est original, sympathique, frais… Bref, j’ai aimé !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *