Après Grey’s Anatomy… Les Yeux Couleur de Pluie ! (Par Sophie Tal Men)

13248905_1081571308602473_20(1)

Les Yeux Couleur de Pluie ; Sophie Tal Men

Albin Michel

Paru le 5 mai 2016

259 pages

Quatrième de couverture : Les Yeux Couleur de Pluie : les tribulations d’une étudiante en médecine, affectée à Brest du jour au lendemain. Le bout du monde à ses yeux… Pour Marie-Lou, c’est une nouvelle vie qui commence, loin des siens, de ses montagnes. L’insouciance et la légèreté de ses vingt-cinq ans se mêlent à la dure réalité de l’hôpital, des gardes aux urgences, du contact avec la maladie. Et, au beau milieu de la nuit, cette Savoyarde en ciré jaune croisera Matthieu, un surfeur, interne en ORL. Ce loup solitaire, mystérieux et poétique, arrivera t-il à lui faire une place dans sa vie ? Rencontres, passions, non-dits, doutes… L’histoire d’un envol, l’histoire d’une vie. La baie des Trépassés, le port du Moulin-Blanc, le brouillard de Brest donnent une dimension romantique à ce beau roman sensible et drôle, riche d’histoires sur le milieu médical, et qu’on ne lâche pas.

Mon avis : Moi et la médecine, ça fait deux. Voire trois mille douze. Je ne vais quasiment jamais chez le médecin (par pure flemme ou parce que je veux pas d’examens), je hurle à la mort quand il faut me faire une prise de sang (je mets un patch anesthésiant comme les bébés), alors travailler dans un hôpital… Quelle belle idée. Et pourtant. Je suis de façon assidue Grey’s Anatomy et d’autres séries du genre, j’ai eu un coup de cœur pour Réparer les Vivants de Maylis de Kerangal au début de l’année (plus chirurgical tu meurs), et j’aime beaucoup certains films sur le milieu, comme Hippocrate. Allez comprendre. Du coup, en regardant les nouvelles parutions chez Albin Michel, quand j’ai vu ce livre… J’ai eu incroyablement envie de le lire. En plus, j’adore la couverture (j’ai déjà les bottes jaunes, et j’adorerais avoir le même ciré).

J’ai décidé de me lancer il y a quelques jours… et autant dire que ce livre m’a laissé une impression particulière. Et pour fêter ça, voilà ma petite chronique spéciale Grey’s Anatomy… ou presque !

louf

Les Yeux Couleur de Pluie, c’est l’histoire de Marie-Lou, une jeune Savoyarde forcée de quitter ses montagnes pour débuter son internat de médecine en neurologie…à Brest. Il faudrait déjà qu’elle sache où ça se trouve sur une carte. Autant dire qu’elle part à l’inconnu. Cela m’a évidemment rappelé des souvenirs, lors de mon premier déménagement à Paris…même si pour ma part, j’étais fin heureuse de démarrer ma petite vie ! Pour le côté médecine, c’est clair que si ça ne vous intéresse pas, passez votre chemin. Toute l’histoire n’est pas focalisée autour de l’hôpital, mais évidemment, il en fait partie intégrante. Et comme dans toute bonne série médicale, on a tout un tas de cas chirurgicaux assez tristes (mais intéressants, même pour une phobique comme moi !), des blagues salaces, des personnalités déjantées, et surtout, du bel homme…

200 (1)

En effet, (et visiblement j’étais complètement à côté de la plaque), je n’avais pas compris que le titre Les Yeux Couleur de Pluie fait principalement référence au tombeur du roman, Matthieu. (#neuneu). Et autant dire que du sentimentalisme, pour ça, le roman en a ce qu’il faut. Voire un peu trop pour ma part. J’aime bien qu’on me réchauffe mon petit cœur, mais sitôt que ça devient un peu niais, je lève les yeux au ciel. Du coup, – et c’est selon moi le bémol de ce roman -, je n’ai pas été pleinement convaincue par ce roman.

200

J’ai adoré la trame, l’histoire était plutôt addictive puisque j’ai fini le livre très rapidement (merci aux pauses clopes cancérigènes de mon copain tandis que je me remplissais de niaiserie en tournant les pages sous la couette), mais je n’ai pas adhéré au style de l’auteur, trop oral…et un peu trop niais justement. Et vous allez me dire que je tends à faire cette comparaison un peu souvent, mais c’est justement ce que j’avais ressenti à la lecture de trois romans d’Agnès Martin-Lugand. J’avais trouvé ces romans un peu trop clichés et faciles. J’ai justement retrouvé ce brun ténébreux, que tout le monde veut draguer en vain, et qui ne s’intéresse par miracle qu’à la fille ordinaire et la plus coincée de passage. Bref. Je suis là encore un peu méchante, c’est vrai, mais je suis lassée par ces poncifs un peu trop communs dans certains livres.

When-Cristina-Shuts-Down-Mere-Moment

Cela n’enlève néanmoins rien au reste du livre qui pour moi vaut quand même le détour. Car j’ai quand même appris certaines choses sur le milieu médical, notamment le fonctionnement d’un internat en France, la maladie de Parkinson, et j’en passe. Comme l’auteur le glisse dans ses remerciements, on sent au fil des pages son expérience de médecin. Là où Grey’s Anatomy est parfois terriblement caricatural, il faut se l’avouer, j’ai eu le sentiment ici que les expériences de Marie-Lou en tant que jeune interne étaient plus authentiques. En tout cas, j’y ai cru, et j’ai passé un bon moment.

Au-delà de ça, les personnages sont plutôt attachants, y compris Marie-Lou (même si j’ai parfois eu envie de lui donner des claques pendant les premières pages !), j’ai beaucoup aimé la description de Brest, des côtes bretonnes et des Carroz en Savoie (où je suis déjà allée faire du ski !). J’y ai retrouvé des paysages que j’ai pu découvrir durant mon enfance et mon adolescence.

Les Yeux Couleur de Pluie est donc un roman feel-good sur fond médical qui ne plaira donc peut-être à pas tout le monde, mais qui reste une lecture sympathique. Si je n’ai pas tant apprécié la romance (mais c’est de ma faute, je ne pensais juste pas qu’elle prendrait autant de place dans le récit), j’ai vraiment aimé les détails médicaux et le récit du parcours de Marie-Lou, tiraillée entre ses montagnes natales et sa nouvelle région d’adoption. Une jolie lecture, assez réconfortante pour tous les amoureux du genre.

200 (2)

Merci aux éditions Albin Michel pour cet envoi.

9782226320995-j

10 commentaire sur “Après Grey’s Anatomy… Les Yeux Couleur de Pluie ! (Par Sophie Tal Men)

  1. Bon, je peux le noter pour mes moments d’amour toussa toussa du mois livresque, même si ton bémol me refroidis un petit peu…
    Après, je suis comme toi, pour raconter ma vie… je hais les médecins, enfin, pas eux personnellement, mais disons que je n’y vais jamais où alors, faut que je sois au bord du « j’en peux plus » :D, quant à Greys…. tu sais déjà 😀

  2. je suis fan de Grey’s et j’avais adoré le roman Réparer les vivants .. même si moi je m’évanouis dès que je franchis la porte d’un hôpital 😉
    Par contre, je n’aime pas les feel-good books et les livres, comme ceux que tu as cités, un peu trop « niais » ou plein de « clichés » ..
    Je vois que miss Quai des Proses passe beaucoup par ici 🙂

    1. Je ne suis vraiment pas la seule alors ! Mais effectivement si tu as du mal avec la grosse niaiserie, ce ne sera peut-être pas pour toi.
      Et oui, c’est ma copinaute en chef !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *