Revue : L’innocence des bourreaux – Barbara Abel

couv2651830

Titre : L’innocence des bourreaux

Auteur : Barbara Abel

Editions : Belfond

Date de parution : 15 mai 2015

Nombre de pages : 336

Quatrième de couverture : Dans une supérette, une jeune maman, un couple adultère, une personne âgée et son aide, une mère et son ado font leurs courses. Un junkie entre pour voler la caisse et perd le contrôle de la situation. Un jeux subtile s’instaure alors entre supposés victimes et bourreaux.

Mon avis : Encore un livre que je lis dans le cadre de mon challenge Le Mois du Thriller, et c’était plutôt sympa. J’ai commencé ma lecture sur ma liseuse sans trop savoir de quoi ce livre parlait, je savais juste que c’était un thriller de Barbara Abel et c’était un argument largement suffisant. Derrière la Haine et Après la Fin font sans nul doute partie des meilleures lectures que j’ai pu faire en 2015. J’avais trouvé l’histoire prenante, l’écriture sympathique, et la fin m’avait totalement retournée à chaque fois.

J’ai retrouvé l’écriture de l’auteur dans ce livre, écriture plutôt agréable. Je ne parlerai pas d’une plume sensationnelle, mais c’est suffisant pour amener une intrigue originale qui tient le lecteur en haleine. Je n’en dirai pas plus que le résumé en ce qui concerne le pitch du livre – c’est le genre de romans où il est bon de rentrer sans en savoir trop pour être plus surpris. Vous l’aurez compris, il s’agit d’une histoire de prise d’otages dans une petite supérette de quartier. Mais de nombreuses choses auxquelles on ne s’attendait absolument pas vont se passer.

« – Tous à terre ! Le premier qui bouge, je le bute !

Un instant de stupeur. Une seconde suspendue au bout d’un doute. Le temps se fige, et avec lui le cœur, le souffle, les mots. La vie. Comme une pellicule qui se déchire au beau milieu du film. Stoppé net, en plein élan. Une marche que l’on rate, une trajectoire qui dérape. » 

Encore un fois, Barbara Abel est incroyablement douée pour créer des rebondissements que l’on avait pas vu venir. Je suis allée de surprise en surprise, quasiment jusqu’à la fin, un peu moins spectaculaire que dans la duologie citée ci-dessus. L’intrigue en elle-même était vraiment bien ficelée et assez originale.

Le roman est découpé en de multiples parties, comme des chapitres tous précédés du nom du ou des personnages dont il va être principalement question dans les prochaines pages. Dans cette supérette, beaucoup de destins vont se croiser, et c’est avec plaisir que j’ai découvert les personnages qui avaient tous des préoccupations différentes avant d’aller faire leurs courses. Barbara Abel crée des personnages hauts en couleur, qui m’ont souvent fait rire au milieu d’une histoire assez sombre.

J’ai malheureusement trouvé que le tout manquait un peu de rythme pendant la deuxième partie de l’histoire… Pour savoir si un livre est une bonne lecture ou une très bonne lecture, je me fie souvent à un critère : savoir si à peine le livre posé, j’ai envie de le reprendre pour savoir la suite. J’avais eu ce sentiment avec la duologie de Derrière la Haine. Malheureusement, ce n’a pas été tellement le cas ici. Je lui laisse quand même le préjudice du doute : j’ai lu ce livre sur liseuse, et j’avoue que ça altère parfois mon plaisir de lecture.

Quoi qu’il en soit, j’ai quand même été très contente de faire cette lecture, que j’ai trouvée très sympathique. Je pense continuer à lire d’autres romans de Barbara Abel, car c’est une auteur de thrillers que j’aime beaucoup.

2

8 commentaire sur “Revue : L’innocence des bourreaux – Barbara Abel

    1. Ouiii ! Question qui n’a rien à voir comme ça : tu ne lis pas du tout sur liseuse non ?
      Mais si tu veux vraiment tester, tente Derrière la Haine. Ca se lit tout seul, et c’est super addictif ! (et ça te retourne le crâne)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *