Revue : Le Nom du Père – Sébastien Meier + CONCOURS !

12599285_1150233798329040_1716669861_n

Titre : Le Nom du Père

Auteur : Sébastien Meier

Editions : Zoé

Date de parution : 4 février 2016

Nombre de pages : 396 pages

Quatrième de couverture : Paul Bréguet, ancien inspecteur de police, sort de prison après plus de deux ans de détention. Avec l’aide de la procureure Emilie Rosetti, l’ex-flic décide d’élucider le mystère qui entoure la mort de son amant, Romain Baptiste. Réseaux de prostitution, évasion fiscale et corruption ne vont pas faire dévier de leur objectif les deux détectives, bien au contraire.
Dans ce polar qui jette une lumière crue sur la Suisse des banques et des montages fiscaux, Sébastien Meier reprend avec brio les protagonistes de son précédent ouvrage, Les Ombres du métis, dont la morgue et les paradoxes font tout le charme.

**

Mon avis : J’avais découvert les éditions Zoé lors du Salon du Livre de Paris et j’avais été très attirée par leurs publications. D’un point de vue totalement futile leurs livres sont comme j’aime ; avec de belles couvertures mates, souples, avec une mise en page aérée. C’est assez ridicule, mais quand on y pense, c’est quand même un point important, dont je parle finalement assez peu sur le blog.

J’avais discuté avec l’un des représentants de la maison d’édition, à qui j’avais parlé de mon Challenge : le Mois du Thriller. Finalement, quelques jours plus tard, ils ont accepté de m’envoyer Le Nom du Père, thriller de Sébastien Meier. Mon seul regret dans cette affaire ; je n’ai pas lu le tome 1, Les Ombres du Métis.

D’entrée de jeu, Sébastien Meier nous plonge dans une histoire haletante, dont même la fin n’en est pas totalement une. Sur 396 pages, le lecteur a son lot de révélations en tout genre. Quitte à parfois perdre un peu le fil, je l’avoue. Je ne suis pas une grande adepte de la lecture de polars et de thrillers ordinairement, ce qui fait que j’ai parfois eu du mal à suivre. Je suis ce genre de filles qui regarde les Experts une fois par an et qui oublie qui est qui au bout de dix minutes. Voilà. A partir de là, c’est compliqué. Néanmoins, un bon point est à souligner : ce livre est très bien documenté. On en apprend beaucoup sur l’économie et la justice suisses. Même si tout n’était pas clair pour moi au début (et j’imagine que ce livre est destiné en priorité à un lectorat suisse plus habitué que moi), j’avais l’impression de lire quelque chose qui tenait debout. Réseaux de prostitution, drogue, argent sale… Cela nous dit tous quelque chose. J’ai d’autant plus souri en lisant il y a quelques jours une page qui faisait référence (en avance !) à l’affaire des Panama Papers. Le milieu de la finance est passé au peigne fin, avec plusieurs pages d’explication qui aident les novices comme moi à y voir un petit peu plus clair.

L’auteur a donc choisi une intrigue un peu ambitieuse ; on est bien loin du petit meurtre isolé dans un bois paumé au fin fond de la campagne. Ici, les protagonistes vont mettre le doigt sur des affaires qui sont à une échelle toute autre ; quitte à ce qu’on cherche à les faire taire, pour éviter le scandale mondial. J’ai apprécié la critique qui est faite de toutes ces activités cachées que l’on connaît pourtant si bien : détournement d’argent sur des comptes offshore, grâce à des sociétés-écrans, développement de l’économie africaine pseudo-humanitaire à des fins économiques (coucou monsieur Bolloré et Bolloré Africa Logistics !). Sébastien Meier se veut acerbe, corrosif, comme dans les bons romans noirs. Et on aime ça.

Ses personnages sont en accord avec l’atmosphère qui se veut sombre et sérieuse. Paul Bréguet, inspecteur sorti de prison, se retrouve à peine libéré embringué dans cette affaire qui le concerne en partie. Je cherchais une façon de le définir quand l’auteur m’a donné les mots. Paul Bréguet est « bourru, incorruptible et alcoolique ». Vous voyez le tableau. Emilie Rossetti, elle, est la procureure. C’est l’archétype de la fille bosseuse, qui vit pour son boulot, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, et ferait tout pour arriver à ses fins (même si elle a le droit de craquer de temps en temps). Ma description pourrait laisser penser qu’il s’agit de personnages caricaturaux ; loin de là. Néanmoins ce sont des personnages qui collent tout à fait à l’intrigue – on voit leur côté sombre.

l903790663

En définitive, j’ai bien aimé ce livre, même si cela m’a confirmé que le polar n’est pas mon genre de prédilection. J’ai un peu de mal avec les ambiances sombres comme celles-ci, que je trouve un peu trop déprimantes. Néanmoins, j’ai fait une très belle découverte avec ce livre qui m’a appris pas mal de choses sur l’économie et la justice suisses. J’aurais aimé lire le tome 1, même si, réflexion faite, il n’était pas impossible de suivre sans. Il suffisait juste de s’accrocher durant les premières pages. La fin étant également assez mystérieuse, finalement, j’espère qu’il y aura un tome 3…Et que j’aurai l’occasion de le lire !

**

ob_54e0aa_le-nom-du-pere-meier

En attendant, en accord avec les éditions Zoé, j’ai décidé de vous faire remporter mon exemplaire du Nom du Père, par Sébastien Meier. Comme je vous l’avais dit, je prépare quelques surprises pendant le mois et celle-ci est la première d’entre elles. De plus, il me tenait à coeur de démarrer ce concours aujourd’hui, le 12 avril, sachant que mon nouveau blog a été lancé il y a pile un mois et il a déjà remporté un franc succès auprès des lecteurs. Je suis ravie que cette transition vous ait plue, et j’espère que vous serez toujours plus nombreux à me lire. En attendant, le passage chiant, soit les règles de participation au concours.

-Etre abonné au blog (pour cela vous pouvez cliquer sur le menu déroulant à gauche et vous abonner par mail).

-Etre majeur ou avoir une autorisation parentale (pour me donner votre adresse postale)

-Et si vous êtes gentils, voire très gentils, aimer ma page facebook juste ici, et celle des éditions Zoé juste .

-Puis m’envoyer un message via ce formulaire de contact, où vous m’indiquerez votre pseudo/mail d’abonné, et votre adresse postale.

Le concours est ouvert à la France métropolitaine (désolé, moi pas d’argent, étudiante pauvre…), et du 12 au 20 avril 2016. Les résultats seront annoncés peu de temps après sur le blog et les réseaux sociaux (Facebook et Instagram).

Encore merci aux éditions Zoé qui m’ont permis de faire cette lecture hors du commun, dans le cadre de mon challenge de lecture Le Mois du Thriller !

2

2 commentaire sur “Revue : Le Nom du Père – Sébastien Meier + CONCOURS !

    1. Avec grand plaisir !
      Si tu comptes l’acheter par contre, je pense que tu aurais tout intérêt à prendre Les Ombres du Métis d’abord par contre 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *