Revue : D’Après une Histoire Vraie – Delphine de Vigan

couv61764776

Titre : D’Après une Histoire Vraie

Auteur : Delphine de Vigan

Editions : JC Lattès

Date de parution : août 2015

Nombre de pages : 479

Quatrième de couverture : « Tu sais parfois, je me demande s’il n’y a pas quelqu’un qui prend possession de toi. »

Mon avis : J’ai terminé ce livre vendredi, et pourtant, j’ai ressenti le besoin de le laisser poser quelques temps avant de revenir dessus pour ma chronique. C’est un de ces livres qui demandent un peu de recul, tant la lecture fut particulière, intense, indescriptible.

Je crois que mon amour pour les livres de Delphine de Vigan est désormais de notoriété publique, donc je n’ai pas tellement besoin de revenir là-dessus. Néanmoins, ce livre m’a semblé unique en son genre, même si les traces de la plume de l’auteure étaient là.

Tout d’abord, il s’agit d’un roman particulièrement personnel. On comprend dès le début que le personnage, Delphine, est totalement inspiré de Delphine de Vigan elle-même. Et c’est sans doute là que réside tout le problème du livre. On ne sait pas jusqu’où la narratrice reste l’auteure, et où elle s’en détache, pour devenir quelqu’un d’autre. Lors de la séance de dédicace à Lille le 23 septembre dernier, elle a reconnu jouer avec les codes (autobiographie, autofiction), et aimer laisser planer cette part de doute…entre ce qu’est la réalité et la fiction. Du début à la fin, le lecteur est pris à part dans une sorte d’énorme machination, dont il ne ressortira pas indemne.

J’essaie encore de comprendre comment ce livre a pu me retourner autant, mais je n’y parviens pas. Tout est entremêlé, s’enchaîne et nous entraîne, bien naïvement au début, jusqu’à ce qu’on se sente littéralement oppressé pendant toute la deuxième partie du livre.

Je ne dirai que peu de choses en ce qui concerne l’histoire, parce qu’il me semble que chacun devrait la découvrir comme la quatrième de couverture nous y invite : à l’aveugle. Mais pour faire simple, nous suivons Delphine, passée récemment d’auteure saluée par quelques adeptes à auteure à succès, qui rencontre une femme, qui semble incroyablement la connaître, L. L. va s’immiscer dans la vie de Delphine subrepticement, sans crier gare, et l’aider. Ou la détruire.

Ce n’est qu’après avoir digéré ma lecture (si l’on peut dire ça comme ça), que je me suis rendue compte qu’il s’agissait vraiment d’un coup de cœur. L’histoire me semblait simple à première vue, je lisais avec plaisir, tournant les pages avec avidité devant une écriture toujours aussi bien maniée, et puis…plus rien. J’ai été bernée sans doute, comme beaucoup, et j’espère que vous le serez autant que moi si vous le lisez.

« Quiconque a connu l’emprise mentale, cette prison invisible dont les règles sont incompréhensibles, quiconque a connu ce sentiment de ne plus pouvoir penser par soi-même, cet ultrason que l’on est seul à entendre et qui interfère dans toute réflexion, toute sensation, tout affect, quiconque a eu peur de devenir fou ou de l’être déjà, peut sans doute comprendre mon silence face à l’homme qui m’aimait.

C’était trop tard. »

19 commentaire sur “Revue : D’Après une Histoire Vraie – Delphine de Vigan

  1. Je me suis comme toi laissée prendre par la lecture. Mais l’auteur joue si bien de l’ambiguïté entre fiction et réel, entre ce que l’on sait de la situation par son biais ( la présence de L. Son emprise progressive, sa savante manipulation) et ce qu’il paraît être ( sa dépression, l’hypothèse de la tentative de suicide, l’absence de preuves de la présence de L). que j’en ai gardé une étrange sensation de malaise.
    Un récit mené d’une main de maître sans aucun doute.

    1. Oui, je pense avoir ressenti cette grande sensation de malaise aussi. Et même si c’est particulier, je pense aussi que c’est ça qui prouve que l’auteure est incroyablement douée pour se jouer de nous à travers son livre. En tout cas, elle le fait avec brio.

    1. Merci !
      Je pense en effet qu’il est bon de découvrir l’auteur par autre chose… Rien ne s’oppose à la Nuit pourquoi pas, beaucoup l’ont découverte grâce à celui-là.
      Etant une fooollle de Jours sans Faim…je ne peux que te conseiller celui-là !

    1. Pour moi Rien ne s’oppose à la nuit n’était pas son meilleur… Après je l’ai lu durant une panne lecture, donc mon avis n’est peut-être pas hyper objectif.
      Mais pas de doute, il est meilleur encore selon moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *