Revue : Les Vies de Luka – Arnaud Cathrine

les-vies-de-luka

Titre : Les Vies de Luka

Auteur : Arnaud Cathrine

Editions : Verticales

Date de parution : Septembre 2002

Nombre de pages : 155

Quatrième de couverture : Mon nom est Luka. Je suis née à Liverpool et je veux partir. J’ai dix-sept ans. On voit, par transparence, courir sur mes bras des veines aussi déplaisantes au regard que de petits asticots. L’oncle Neal dit souvent que j’ai un teint de morte. Je me suis faite à l’idée. Ou peut-être m’en suis-je seulement persuadée pour vivre tranquille. Ce qui n’existe pas.

Mon avis : Encore un emprunt de la bibliothèque que j’ai littéralement dévoré ! Le résumé, assez énigmatique finalement, m’attirait beaucoup. Luka est une adolescente qui vit près de Liverpool, en Angleterre. Son père est décédé il y a quelques années, sa mère a des problèmes de santé, et c’est son oncle, Neal, qui vient gérer la situation. Luka est déterminée. Elle veut partir, elle ira à Londres, où elle sera pianiste. Plus tôt elle pourra partir, mieux ce sera. Elle est très proche de son frère un peu plus jeune qu’elle, Darl. Luka a un regard très pessimiste sur ce qui l’entoure. Elle refuse de se voir plus longtemps à Liverpool, où il ne se passe rien, où tout rime avec ennui, alors qu’elle veut vivre de grandes choses.

Elle rencontre Jude, un jour, guitariste, qui compte lui aussi partir à Londres. Entre eux naît une histoire d’amour, mais il part. Et Luka reste. Elle doit veiller sur sa mère, elle traîne avec les amis de son frère. Luka est mature, sans doute trop. Elle endure, tout, sans rien dire. Elle subit des violences silencieuses et attend que le mal passe. Sans trop savoir pourquoi elle se laisse faire.

Une chose est sûre, j’ai tout adoré de ce livre. L’histoire, très dure, tout comme le style d’écriture, qui vous prend dès le début du roman et qui ne vous lâche pas, jusqu’à la fin. Je n’ai pas vu les 150 pages du livre défiler, j’étais happée par l’histoire et par le destin de Luka. Luka peut sembler froide, distante. Elle est surtout très mûre, forte, elle garde tout pour elle, mais elle subit, tout le temps. Elle subit tout : la mort, la maladie des proches, la monotonie du quotidien, l’impossibilité de partir. Elle accepte tout, sans broncher, elle semble comme ne rien ressentir. Or on se doute qu’il en est autrement. Luka est blindée, son ambition la protège. Un jour, elle partira. Un jour, tout ce mal sera fini. Ce fut un véritable coup de coeur pour moi, tant ce livre m’a bouleversée. Y compris en ayant fini ce livre, le destin de Luka me touche, me transporte encore. Je suis très contente d’avoir fait la découverte de ce livre, dont je n’avais lu aucune critique auparavant.

Je le recommanderais à beaucoup de monde, mais peut-être pas aux plus jeunes bien qu’il s’agit d’un livre jeunesse, car il faut avoir une certaine maturité pour ne pas être choqué par certains propos du livre. Tout y est abordé sans limites, et autant dire que cela ne laisse pas indifférent !

« Il y a des choses qui se présentent et tu y vas. Tu vas droit dans le mur, mais tu veux vivre à toute force ce moment où tu fonces. Le mur n’arrive pas forcément si vite. Pour autant, tu te fais mal rien qu’à prendre autant d’élan, l’air te chauffe la peau, ça fait des brûlures, mais tu te sens enfin vivant, Darl. Tu es en vie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *