Revue : Effroyables Jardins – Michel Quint

couv58648795

Titre : Effroyables Jardins

Auteur : Michel Quint

Editions : Folio

Date de parution : 2005

Nombre de pages : 75

Quatrième de couverture : Le jeune garçon aimerait bien pouvoir se cacher, disparaître, lorsque son père, instituteur respecté, se déguise en clown amateur. Entre honte et mépris, il assiste à ses numéros. Jusqu’au jour où son oncle Gaston lui révèle le sens de cette étrange vocation en lui dévoilant un épisode tragi-comique de la Seconde Guerre mondiale… Pudeur, humour et tendresse caractérisent ce récit simple et bouleversant que Michel Quint a dédié à son grand-père, ancien combattant à Verdun, et à son père, ancien résistant.

Mon avis : Pas besoin qu’un livre soit long pour être incroyable et c’est ce que j’ai découvert avec cette petite pépite. Pour ceux qui ont déjà lu l’article sur mes derniers achats de janvier, vous savez que j’avais craqué sur ce livre, ayant déjà vu le film, et ne connaissant pas du tout son existence. Me souvenant relativement bien encore de certains aspects du film, je pense que ma lecture a été un peu influencée, mais ce livre ne m’a tout de même pas déçue.

C’est donc l’histoire d’un jeune garçon qui ne comprend pas la passion de son père qui décide de devenir clown à ses heures perdues, alors qu’il est instituteur. Voyant son attitude, un jour son oncle Gaston vient s’adresser à lui et c’est là que la vraie histoire commence. Sans vouloir tout vous révéler, mais l’histoire est assez célèbre… Il se trouve que son père et Gaston étaient pendant la Seconde Guerre Mondiale responsables d’un sabotage résistant contre les Allemands. Or ceux-ci, ne trouvant pas les responsables, les prennent justement comme otages avec d’autres du village en attendant que les coupables se dénoncent ! En attendant, ils sont tous jetés dans un grand trou de glaise, et confiés à la surveillance d’un gardien allemand un peu particulier…et sans doute bien plus humain que les autres.

C’est une très belle histoire, assez violente parfois, mais qui prend aux tripes et qui est pleine d’émotion. J’aime beaucoup les oeuvres qui ont pu être faîtes autour de la Seconde Guerre Mondiale, mais parfois j’ai la sensation que tout a été dit, que les histoires sont toujours les mêmes et que l’on tourne un peu en rond… Ici, pas du tout. L’histoire est très originale, pleine de fantaisie, d’humour, mais en même temps très poignante. Michel Quint adopte un style très particulier, plein d’argot, non sans rappeler un peu parfois le style à la Barbusse… Bon après, je vous avoue que j’ai traduit une partie du texte en anglais en cours, et… Michel Quint me pompait un peu l’air. Allez traduire « Dit avec sa foutue grimace zyeux de traviole et bouche en croupion, et une voix de gamin trouillard ! »

L’oeuvre est très courte, mais elle dit l’essentiel, et je pense que c’est aussi ce qui fait son charme. Elle laisse au lecteur son pouvoir de réflexion, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle ne le laisse pas impassible. Le film est peut-être plus abouti, des choses ont manifestement été rajoutées, et bien que je ne l’aie pas vu depuis très longtemps, je me souviens que je l’avais beaucoup aimé. J’aimerais beaucoup le revoir maintenant, pour voir si mon avis est toujours conforme et ce que j’en pense sachant que je viens tout juste de finir le livre…

J’avais envie d’une lecture différente, qui ne touche pas qu’à la fiction et qui sorte un peu de l’ordinaire… J’ai eu ce que je voulais. Je la recommande sans hésiter à beaucoup de monde, sachant qu’en plus elle est très courte. Je ne sais pas par contre si elle est vraiment à la portée des plus jeunes…Je pense quand même qu’il faut avoir une certaine maturité d’esprit pour saisir tout ce que l’auteur veut sous-entendre derrière son langage très oral, car derrière les mots familiers se cache beaucoup de sens.

Voilà pour cette lecture… J’espère que mon avis vous aura un peu éclairé et donné envie de vous y plonger ! Je vous reviens d’ailleurs bientôt pour une autre lecture assez perturbante aussi pour ma part, un livre de Delphine de Vigan cette fois !

(ah, et regardez Effroyables Jardins en film !!!)

2 commentaire sur “Revue : Effroyables Jardins – Michel Quint

  1. Tu ne devinera jamais se que je suis en train de lire! Aujourd’hui un ami de la fac se pointe avec une petite surprise … une pile de bouquin à me prêter et celui ci en faisait parti. Je l’ai terminé dans la journée je suis obligée d’être d’accord avec toi ce livre est top vraiment poignant. Cela me donne envie de voir le film.. =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *