Coups de cœur des précédentes rentrées littéraires

Chaque rentrée littéraire en chasse une autre, et je suis la première sur le blog à plaider coupable : depuis quelques années maintenant, je vous présente avant tout des nouveautés, par réel intérêt pour la production contemporaine, et aussi – il faut le dire – parce que j’ai la chance de pouvoir recevoir beaucoup de livres à paraître de la part des maisons d’édition. Mais avant de vous parler de la déferlante de romans qui arrivera dans les librairies ces jours prochains, j’ai eu envie de vous reparler un peu de livres un peu plus anciens… de ces coups de cœur des précédentes rentrées littéraires qui m’ont tant marquée et que je n’ai toujours pas oubliés. Voici une petite sélection de rattrapage – parce que ces pépites valent toujours autant la peine d’être découvertes !

   le malheur du bas d'inès bayard  trancher d'amélie cordonnier

LA MAISON DES TURNER ; ANGELA FLOURNOY

Quelle frustration que d’avoir vu si peu de presse et d’avis autour de cet incroyable roman américain ! Publié aux Escales en 2017, c’est un roman qui a une place de choix dans ma bibliothèque et ne risque pas de la quitter de sitôt. Angela Flournoy fait le portrait d’une famille nombreuse à Detroit, après la crise des subprimes. La ville qui avait connu une période faste grâce à l’industrie automobile n’est plus que l’ombre d’elle-même, et à Yarrow Street, dans les quartiers pauvres, règne une certaine fatalité. A travers le portrait de cette famille haute en couleur, elle dépeint aussi l’Amérique noire, souvent ignorée ou méprisée.

Les personnages sont aussi attachants que complexes, et j’ai eu un réel coup de foudre pour cette histoire assez originale. Retrouvez ma chronique juste ici. Bonus : il est depuis sorti en format poche aux éditions 10/18 !

LE MALHEUR DU BAS ; INÈS BAYARD

Véritable premier roman choc de la rentrée littéraire 2018, Le malheur du bas d’Inès Bayard est un livre qui a beaucoup fait parler de lui – en termes élogieux comme beaucoup plus critiques d’ailleurs. Il m’a personnellement secouée, et hantée pendant plusieurs jours après ma lecture. Rien que pour cette raison, je ne pouvais que l’inclure à cette sélection.

Inès Bayard raconte la vie de Marie. Marie est parisienne, trentenaire, heureuse dans son travail et en ménage. Elle a un plan de vie clairement établi ; la prochaine étape est d’ailleurs déjà toute tracée, elle et Laurent auront un bébé. Mais un soir, alors qu’elle rentre tard chez elle du travail, son directeur propose de la raccompagner. Elle subit une agression sexuelle ; il la viole dans sa voiture, et dès lors plus aucun plan n’a de valeur. Pour Marie, le monde s’effondre, mais elle tient absolument à donner le change. Quitte à se perdre soi-même.

J’avais lu quelques livres traitant du viol auparavant, mais aucun d’eux ne m’avait provoqué cette réaction de dégoût et de mal-être physique aussi fort. Ce n’est ainsi peut-être pas la meilleure des raisons pour vous le recommander, mais je pense qu’il serait quoi qu’il en soit dommage de passer à côté !

TRANCHER ; AMÉLIE CORDONNIER

Pour rester dans un sujet difficile, l’an dernier, j’avais également été très touchée par Trancher d’Amélie Cordonnier. Elle y raconte le choix que s’apprête à faire une femme victime de violences conjugales, mais sous une forme que l’on oublie bien souvent et surtout plus pernicieuse : la violence verbale. Tous les jours, elle compte et note les insultes que son compagnon lui assène, les mots pleuvent sur elle et elle peine encore à s’en rendre compte. La tristesse a fait place à la peur, et la peur à la résignation. Ce harcèlement quotidien la hante, et elle a décidé de prendre une décision radicale : elle a quelques semaines pour partir ou rester, quelques semaines pour trancher.

Amélie Cordonnier signait l’an dernier un roman court et incisif qui m’a bouleversée. Elle dénonce tout en finesse une forme de violence conjugale peu évoquée et pourtant dévastatrice, avec une histoire portée par une héroïne fébrile que l’on comprend forcément.

bakhita   d'après une histoire vraie delphine de vigan  La-faim-blanche

BAKHITA ; VÉRONIQUE OLMI

Avant de découvrir ce roman à la rentrée 2017, je n’avais encore jamais entendu parler de Bakhita. C’est pourtant une figure incroyable au destin souvent malmené, qui gagnerait à être plus connue. Je suis heureuse d’avoir pu la découvrir grâce à Véronique Olmi qui en a fait un portrait sublime.

Bakhita est une jeune fille née au Soudan. Enlevée à l’âge de sept ans, elle devient esclave, et est traînée de maître en maître, subissant les pires châtiments. Sa vie s’apparente à une tragédie, chaque étape qui l’attend n’est que plus difficile encore que la précédente. Rachetée par le consul d’Italie, elle est ensuite placée chez des sœurs, et demande à être baptisée afin de devenir sœur elle-même et de peut-être enfin trouver la paix.

Ce roman est un portrait tragique, qui laisse la boule au ventre et nous tire bien quelques larmes. C’est pourtant un roman sublime, magnifiquement bien écrit, qui se dévore tant on espère que son héroïne connaîtra un jour le bonheur, ou à défaut le répit. Il est aujourd’hui également paru en poche et je vous le recommande chaudement !

D’APRÈS UNE HISTOIRE VRAIE ; DELPHINE DE VIGAN

Grande amatrice des romans de Delphine de Vigan que je suis, il m’était impossible de passer à côté de son roman D’après une histoire vraie paru à l’automne 2015. Je me rappelle encore être allée la rencontrer au Furet du nord de Lille, à la fois un peu impressionnée et surexcitée. J’ai ensuite dévoré ce roman qui m’a surprise de bout en bout – je l’ai même relu une deuxième fois bien plus tard et suis de nouveau tombée dans le piège de l’autofiction que nous tend l’auteur.

Car qu’est-ce qui est vrai dans ce roman ? Tout en nous résumant sa vie depuis son succès pour Rien ne s’oppose à la nuit, l’auteure nous raconte une folle histoire dans laquelle il devient impossible de démêler le vrai du faux. Quitte à ce que la narratrice soit incapable de le faire elle-même…

Bluffant, c’est pour moi le mot qui caractérise le mieux ce roman qui a depuis obtenu le prix Renaudot. Même si l’auteure en a publié deux autres depuis, celui-ci fait sans conteste partie de mes préférés !

LA FAIM BLANCHE ; AKI OLLIKAINEN

Pour le dernier roman de cette sélection j’ai choisi un roman étranger qui m’a marqué autant pour son sujet que sa poésie : La Faim Blanche d’Aki Ollikainen. L’auteur finnois signe un premier roman époustouflant sur un épisode oublié de l’histoire finlandaise. En 1867, l’hiver est particulièrement rude et une terrible famine traverse tout le pays. Pour ne pas mourir, Marja décide de partir avec ses enfants vers St Pétersbourg, où ils espèrent trouver de quoi se sustenter. Elle doit alors abandonner sa ferme et son mari, en trop mauvais état pour pouvoir se déplacer. S’ensuit alors une longue marche à travers des paysages silencieux, où la neige semble avaler le bruit et les dernières âmes qui vivent. En chemin, Marja et ses enfants vont pourtant rencontrer de nombreux autres malheureux, prêts à tout quitter pour un morceau de pain.

Roman autant poétique que politique, La Faim Blanche m’a séduite comme rarement, et il a d’ailleurs figuré sur la shortlist du prestigieux Man Booker Prize. Il a lui aussi malheureusement bénéficié de trop peu de visibilité à mon goût, et sachant qu’il est aussi disponible aujourd’hui en poche, je suis heureuse de pouvoir le remettre en avant !

**

Voilà quelques-uns de mes nombreux coups de cœur des précédentes rentrées littéraires que je suis ravie de pouvoir remettre en lumière aujourd’hui avant la vague des jours prochains. Et vous, vous souvenez-vous de certains titres en particulier qui ont particulièrement touchés ces dernières années ?

3 commentaires sur “Coups de cœur des précédentes rentrées littéraires

  1. Coucou !

    Oh moi aussi j’adore « Une vrai histoire » de Delphine de vigan. C’est une histoire vraiment captivite 🙂 Malheureusement jusqu’ici je ne lis que ce livre d’elle, mais je dois le faire définitivement ! ☺️

    P. S. : Je suis désolée pour mon français, mais c’est pas ma langue maternelle, mais j’aime bien lire des blogues en français pour améliorer ma compréhension écrite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *