Bienvenue à New York : L’Immeuble Christodora – Tim Murphy

Bienvenue à New York : L'Immeuble Christodora - Tim Murphy

New York. Milly et Jared, couple aisé animé d’ambitions artistiques, habite l’immeuble Christodora, vieux building de Greenwich Village. Les habitants du Christodora mènent une vie de bohèmes bien loin de l’embourgeoisement qui guette peu à peu le quartier. Leur voisin, Hector, vit seul. Personnage complexe, ce junkie homosexuel portoricain n’est plus que l’ombre du militant flamboyant qu’il a été dans les années quatre-vingt. Mateo, le fils adoptif de Milly et Jared, est choyé par ses parents qui voient en lui un artiste. Mais le jeune homme, en plein questionnement sur ses origines, se rebelle contre ses parents et la bourgeoisie blanche qu’ils représentent. Milly, Jared, Hector et Mateo, autant de vies profondément liées d’une manière que personne n’aurait pu prévoir. Dans cette ville en constante évolution, les existences de demain sont hantées par le poids du passé.

**

Il y a bien longtemps que je ne m’étais pas lancée dans un roman américain et j’ai été très ravie de pouvoir le faire ces jours-ci. En voyage pour le week-end à Édimbourg avec de longues heures de train devant moi, l’ambiance était donc totalement propice à la lecture et parfaite pour se plonger dans un bon pavé comme l’est cette fresque new-yorkaise.

Tim Murphy, à travers ce roman, dépeint un quartier de New-York de la fin des années 1980 à nos jours et même plus encore, jusqu’à 2021. A travers une chronologie qui au premier abord peut sembler un peu décousue, il aborde la vie de ce quartier et de certains habitants de l’immeuble Christodora, avec les préoccupations de leur époque. Le Lower East Side est dans les années 1980 un quartier encore un peu populaire et pauvre qui se voit convoité par les nouveaux riches, les bobos avec leur côté un peu hippie. Rien de nouveau sous le soleil, je crois que toutes les grandes villes ont connu ou connaissent encore un peu ce phénomène, mais je dois dire qu’il est vraiment très bien retranscrit par l’auteur. On y voit les motivations de chacun, l’effervescence de ce quartier, véritable scène d’inspiration à ciel ouvert pour les artistes.

Mais dans le quartier de l’immeuble Christodora, il y a aussi ceux qu’on ne veut pas vraiment voir. Ceux qu’on chasse des immeubles en disant « qu’on ne peut plus rien faire pour eux » sans vraiment les regarder dans les yeux, qu’on ne veut pas dans le coin parce qu’ils « pourraient être dangereux pour les enfants », ceux qu’on dépasse volontairement sans les regarder sur les trottoirs. Parmi les parias, il y a les sans-abris, mais surtout les homosexuels, ceux atteints du sida et les toxicomanes. Evidemment, certains cumulent plusieurs « tares » et dans ces cas-là c’est le gros lot.

Âmes sensibles s’abstenir, je sais que certaines scènes pourront choquer beaucoup de lecteurs : l’auteur décrit tout, des scènes de sexe aux injections d’héroïne, en passant par la décrépitude de certains corps. Certains passages sont violents et très oppressants, non sans rappeler Requiem for a Dream (qui est l’un des films qui je crois m’a le plus choquée jusqu’à maintenant). Néanmoins, on sent que l’auteur n’écrit pas toutes ces scènes juste dans un plaisir purement sadique : cela ajoute énormément au portrait de chacun des personnages dont la psychologie est très développée et à la fresque du quartier.

Avec L’Immeuble Christodora , j’ai retrouvé absolument tout ce que j’aime dans certains (très bons) romans américains : des personnages très bien décrits avec des caractères forts, le portrait d’un quartier, d’une ville ou d’une région qui devient presque un personnage à part entière au fil du roman, une intrigue où l’auteur prend son temps quitte à alterner les chapitres et les époques à merveille, un peu de politique et une petite critique de la société avec beaucoup de subtilité. Promis, dans ce roman, vous retrouverez tout ça.

Certes, je sais que certaines personnes ont été déçues car elles s’attendaient à apprendre plus de choses sur la vie de l’immeuble. C’est finalement plus du quartier que l’on parle ici. Mais aussi de la condition des homosexuels, que personne n’acceptait / n’accepte toujours pas, celle des séropositifs dont on ne veut pas entendre parler, car la maladie est vue comme une véritable honte (les femmes n’étaient même pas reconnues comme malades pendant de nombreuses années et ont dû se battre pour avoir un accès décent aux soins et faire changer la définition de la maladie), mais aussi celle des toxicomanes qu’on laisse s’enliser complètement sans vraiment les aider.

L’immeuble Christodora est donc un merveilleux roman fleuve sur un quartier de New York qui a connu de grandes évolutions des années 1980 à aujourd’hui, mais aussi sur la vie compliquées de minorités sur lesquelles personne ne veut s’attarder. Une très belle découverte, grâce à laquelle je n’ai pas vu passer mes voyages en train !

Bienvenue à New York : L'Immeuble Christodora - Tim Murphy –

L’immeuble Christodora

Tim Murphy

Plon (collection Feux Croisés)

5 janvier 2017

570 pages

12 commentaires sur “Bienvenue à New York : L’Immeuble Christodora – Tim Murphy

  1. Je l’ai repéré depuis longtemps, d’ailleurs j’ai toujours une photo du bouquin prise dans une librairie pour ne pas l’oublier, j’ai failli le commander en anglais ..
    j’aime beaucoup ta description du roman américain car c’est tout à fait ça : des personnages intéressants, un quartier ou une ville ou une région personnage à part entière et un regard sur la société …
    bref, ton billet me dit qu’il me le faut !!!
    merciiiii
    ps : je vais avoir deux heures de train pour Paris, hâte de me plonger dans une lecture !

    1. Le pire c’est que comme d’habitude, en lisant ce genre de roman j’ai forcément pensé à toi !
      J’ai toutes les raisons de croire qu’il te plaira.

  2. C’est un superbe roman tu as raison. Beaucoup d’écrivains américains ont ce don de dépeindre une situation ou une époque avec beaucoup de réalisme très loin de l’American dream qu’on voudrait nous faire imaginer. Tim Murphy s’engage avec ce roman et c’est réussi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *